Maison individuelle moderne : Devenez incollable sur André Pux

70 000 « Chalandonnettes » crées entre 1969 et 1972 pour répondre aux besoins d’après guerre. Plongez dans la saga des Figures de l’Immobilier du Crédit Foncier.

Qui sont les contemporains d’André Pux?

André Pux et le Crédit Foncier

Le Crédit Foncier a occupé, et occupe toujours, un rôle prépondérant dans le financement des maisons individuelles. La loi du 21 juillet 1950 institua des aides à la pierre : une prime annuelle de 600 francs par mètre carré est versée pendant 20 ans à l’acquéreur d’une résidence principale. Par ailleurs, le Crédit Foncier pouvait accorder un prêt au constructeur, un puissant moteur de l’accession à la propriété.

Les travaux d’André Pux, quels chiffres retenir ?

Ce que l’on ne vous a jamais dit sur André Pux

La maison s’expose
En 1952, au Printemps, grand magasin parisien du boulevard Haussmann, la revue La Maison française organise une exposition de maquettes de maisons qui donne lieu à un concours pour choisir « La Maison 1953 ».

Quand Pierre Bourdieu s’intéresse aux maisons Phénix
Le sociologue, dans son ouvrage, Les structures sociales de l’économie (éditions du Seuil, 2000) explique le succès des maisons Phénix, au-delà de la loi de l’offre et de la demande, par l’origine sociale modeste des vendeurs, comme celle des acheteurs. Cette proximité sociale favorise la conclusion des ventes.

Les « cottages sociaux » 
Le mouvement « Castor » d’auto-construction est l’héritier des « cottages sociaux » lancés dans les années 1920 : des groupes d’ouvriers travaillaient à la construction de leur maison.

Un prêtre ouvrier
L’initiative de la première cité des Castors, réalisée à Pessac (Gironde) de 1948 à 1951, revient à Etienne Damoran, soudeur et prêtre ouvrier de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC).

© Shutterstock © Caroline Morin

© SweetRédaction
Era France

MySweet’Newsletter

Chaque semaine