Paris Fibre

Airbnb fait campagne pour promouvoir les « pays de merde » de Donald Trump

Il y a quelques jours, le président américain a qualifié certains pays, en Afrique notamment, de « pays de merde ». Il n’en fallait pas plus à la plateforme Airbnb, qui a réagit avec une campagne de promotion.

« Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ? ». Ces propos injurieux, à l’encontre de certaines nations africaines, Haïti ou encore le Salvador, ont été prononcés par Donald Trump à la mi-janvier, lors d’une réunion où il était question d’immigration. Évidemment, scandale et polémique sont au rendez-vous, le monde entier s’indigne. Les réponses des intéressés ne se sont pas faites attendre. Dirigeants et diplomates se disent choqués et attendent des excuses de la Maison Blanche qui, de son côté, n’a pas démenti.

 

Il n’en fallait pas plus à la plateforme de location Airbnb, pour s’emparer du buzz. L’objectif ? Faire la promotion des « shit holes » en question (pays de merde ndlr.) comme le président américain les a surnommés. Pour cela, le géant de l’hébergement a dépensé la modique somme de 100 000 dollars pour une campagne entièrement numérique. Celle-ci est basée sur la promotion des différents hébergements que propose Airbnb, situés en Afrique, au Salvador ou encore à Haïti. Une initiative, reprise par les hôtes eux-mêmes.

Pourquoi ne pas craquer pour cette magnifique demeure située au Ghana, plus précisément à Accra, prévue pour 2 voyageurs. A l’intérieur : une chambre, une salle de bain privée, un grand salon et un jardin. Comptez 62 euros la nuit, avec petit déjeuner compris.

 

Le PDG d’Airbnb lui-même, Brian Chesky, a posté quelques tweets destinés à défendre ces terres d’accueil, injustement rabaissées sur la scène internationale. On peut lire notamment sur son compte Twitter : «2,7 millions d’utilisateurs d’Airbnb ont décidé que les pays d’Afrique, d’El Salvador et de Haïti étaient assez beaux pour être visités. Quand nous embrassons le monde, nous voyons sa beauté».

Vous pouvez réécouter la chronique à ce sujet qui a été diffusée le 19.01.18 dans le « Mag de l’immo » sur radio.immo juste ici.

© SweetRédaction