Les notaires laissent entrevoir un assagissement des prix de l’immobilier…

prix de l'immobilier clermont ferrand

La dernière note de conjoncture des notaires de France, fait état d’un ralentissement des ventes depuis le début de l’année. Pour l’instant, les prix se maintiennent…

Les derniers chiffres des notaires confirment l’analyse prédictive de Michel Mouillart, professeur d’Economie, FRICS publiée début février sur MySweetimmo.  Les notaires observent en effet une accalmie sur les ventes : le  nombre de transactions immobilières réalisée au cours des derniers mois s’élève en effet à 965 000 transactions fin février 2018 contre contre 969 000 à fin janvier 2018, pour une hausse de 10,9 % sur un an. Ce léger ralentissement laisse entrevoir une stabilisation du marché et des prix de l’immobilier dans les prochains mois. D’autant qu’il s’accompagne d’une diminution des flux de nouveaux crédits au logement des ménages cumulé sur un an *. Et que  42 % des banques déclarent une baisse de la demande de crédits à l’habitat (**).

Stabilisation des prix des maisons au cours du 4ème trimestre 2017

Sur un an, la hausse des prix se poursuit : +3,4 % au quatrième trimestre 2017 par rapport au quatrième trimestre 2016, après +3,3 %au troisième trimestre 2017. Cette hausse est particulièrement sensible pour les appartements anciens (+4,5 %) dont la dynamique reste meilleure que pour les maisons (+2,6 %). Néanmoins, sur un trimestre, les prix des logements anciens se stabilisent : +0,5 % au quatrième trimestre 2017 (données provisoires corrigées des variations saisonnières), après +0,9 % au troisième trimestre 2017.

Comme observé depuis fin 2016, la hausse des prix de l’immobilier est plus importante pour les appartements (+0,7 %) que pour les maisons (+0,3 %).  Cette croissance est plus marquée en Île-de- France avec une augmentation des prix de vente des logements anciens de 5,1 % sur un an au quatrième trimestre 2017 (après +4,6 % au troisième trimestre 2017 et +3,9 % au deuxième trimestre 2017). Entre les quatrièmes trimestres 2016 et 2017, les prix des appartements anciens ont augmenté de 8,6 % dans Paris (où tous les arrondissements sont à la hausse), de 5,2 % dans les Hauts-de-Seine et autour de 4 % dans le Val-de-Marne et en Seine-Saint-Denis.

En province, les prix de l’ancien croissent, sur un an, de façon moins marquée qu’en Île-de-France, +2,7 % entre les quatrièmes trimestres 2016 et 2017. Comme en région francilienne, la hausse est plus importante pour les appartements (+3,3 %) que pour les maisons (+2,4 %). Ces prix se stabilisent toutefois entre les troisième et quatrième trimestres 2017 (+0,3 %). Au niveau des plus grandes villes de province en appartements anciens, les prix sont stables ou orientés à la hausse au quatrième trimestre 2017. Seule exception, Saint-Étienne qui affiche des prix en baisse de 4 % sur an. À Grenoble, Dijon, Nice, Montpellier et Tours, les prix sont relativement stables. Bordeaux caracole toujours en tête avec une hausse de 16 % sur un an et un prix au m2 médian de 3 930 €. À Nantes, Annecy, Lyon, Lille et Toulouse, le prix médian augmente également significativement, entre 5 % et 8 %. Dans les autres grandes villes, la hausse est plus modérée, entre 2 % et 5 %.

Dans les principales agglomérations de province, les prix des maisons anciennes sont en hausse.

Les plus fortes augmentations  sont constatées à Valenciennes (+9,8 %), Nancy (+9,9 %), Nantes (+11,1 %), Saint-Nazaire (+12,3 %), et Bordeaux (+14,1 %). À Lyon et Marseille, les prix de l’immobilier sont quasi stables sur un an. Ainsi, tandis que les prix progressent dans les autres principales agglomérations, Nice se distingue, comme le trimestre précédent, avec des prix en baisse (-3,6 % sur un an).

Ainsi, là où les prix ont fortement augmenté, c’est-à-dire là où la demande est supérieure à l’offre, ce sont les vendeurs qui ont profité des taux d’intérêts bancaires qui se sont maintenus, sur toute l’année 2017, à des niveaux encore bas.

Vers un pic des prix de l’immobilier à Paris en avril

La projection des indices de prix à fin mai 2018, à partir des avant-contrats sur l’ensemble de la France métropolitaine, anticipe une poursuite de la hausse que ce soit en appartements anciens (+4 % sur un an) ou en maisons anciennes (+2,2 %).  À Paris, d’après les indicateurs avancés sur les avant-contrats, la tendance haussière est appelée à se prolonger au moins jusqu’en avril 2018, où l’on attend un prix au m2 aux alentours de 9 300 €, en hausse de 9 % sur un an environ. En province, la projection des indices avec les avant-contrats reste orientée à la hausse, mais l’augmentation des prix se tasserait. À fin avril 2018, les évolutions sur un an seraient de +2,3 % pour les appartements anciens et de +1,9 % pour les maisons anciennes.

 

© SweetRédaction
Era France