Crédit immobilier : La baisse des taux se prolonge en Ile-de-France

Les taux de crédit immobilier ont légèrement baissé en Ile-de-France en mai, au regard des barèmes communiqués tout au long de ce mois par les établissements partenaires d’Emprunt-Direct.com.

Quelques établissements ont opté pour la baisse des taux, histoire de stimuler la demande

Le recul observé par le courtier Emprunt-Direct reste toutefois d’une amplitude limitée, de l’ordre de 5 points de base. Un nombre important de maturités et qualités de dossiers sont néanmoins concernés, à l’image de ce qui avait eu cours en avril. Cette baisse est la conséquence de mouvements opérés par un nombre assez restreint d’établissements. La majeure partie des banques basées en Ile-de-France n’a pas fait évoluer ses grilles. Seuls quelques-unes ont souhaité, en plein cœur de ce premier temps fort habitat, opter pour une baisse de leurs taux, pour stimuler une production moins dynamique qu’il y a un an à la même période.

La production de crédit est en repli

Certaines banques sont donc passées à l’offensive, et ont procédé à de légères baisses de taux, après une activité plutôt calme en début d’année, lequel a par ailleurs été marqué par des conditions assez défavorables sur les marchés obligataires. « La production de crédit s’est avérée être en repli au premier trimestre de l’année 2018 par rapport à l’année 2017, et sera pproche de facto des niveaux de l’année 2016, analyse Alban Lacondemine, président fondateur d’Emprunt Direct. Le ralentissement a été global en ce début d’année 2017 pour la production de crédit, du fait d’un effe t de base très défavorable. Certaines réformes entrées en vigueur début 2018, comme la suppression de l’APL accession dans le neuf, le recentrage du prêt à taux zéro et du dispositif Pinel ont accentué le phénomène de baisse de la demande globale en crédit. Les prix de l’immobilier élevés restent en outre une problématique de marché prégnante dans nombre de secteurs géographiques, dont fait partie Paris, ceux-ci limitant de fait les capacités d’achat des emprunteurs franciliens aux dossiers les moins solides », souligne-t-il.

© mysweetimmo/adobestock
Era France

MySweet’Newsletter

Chaque semaine