Paris Fibre

Immobilier : Faut-il acheter seul ou en couple ?

Pour préparer leur retraite, les Français continuent de privilégier la pierre. Et ils achètent en couple. Le bon moyen pour acquérir un logement plus grand et plus cher. Surtout en Ile-de-France où les prix de l’immobilier sont élevés.

Acheter seul ou à deux : une question à se poser ! Certes, acheter en couple à des avantage et on est vite tenté de sauter le pas sauf qu’en cas de séparation, être propriétaire à deux est loin d’être anodin. Les conséquences peuvent être de taille surtout si rien n’a été prévu en amont. En Ile-de-France où les prix de l’immobilier sont élevés, les couples ont tranché : acheter à deux est la norme.

Seuls 4 logements sur 10 sont achetés par une seule personne

En 2017, selon la dernière note de conjoncture immobilière des notaires franciliens, au 1er trimestre 2018, plus de 220 000 logements neufs et anciens ont été achetés en Ile-de-France dont 55% à deux, 39% par une personne physique seule et 6% par une personne morale (entreprise, SCI, administration…).

Dans cette zone urbaine dense, les appartements constituent les 3⁄4 du parc de logements et aussi les 3⁄4 des ventes. Ceux qui achètent seuls privilégient, on s’en doute un peu, les appartements (88%). A l’inverse, 38% de ceux qui deviennent propriétaires à deux optent pour une maison et 62% pour un appartement. 78% des acquéreurs de maisons anciennes et 83% des acquéreurs de maisons neuves ont acheté à deux, sans doute pour offrir de la place à leurs enfants.

Les couples achètent des logements plus grands et plus chers

Ce qu’achètent les acquéreurs seuls ? Un studio ou un deux pièces dans 56% des cas contre 30% pour les couples. A deux, les couples privilégient un 3 pièces et plus dans 70% des cas, contre 44% pour les acquéreurs seuls. Les budgets s’en ressentent : le prix médian des appartements tombe de 289 400 € pour les couples à 195 000 € pour ceux qui achètent seuls en Ile-de-France, avec un écart également important à Paris. 21% de ceux qui achètent seuls ont choisi la capitale, contre 15% de ceux qui sont à deux.

La petite couronne draine des parts équivalentes de chaque type de propriétaires (41% pour ceux qui sont seuls et 39% de ceux qui sont à deux). En revanche, la grande couronne, où sont concentrés les maisons et les appartements de grande taille séduit 46% de ceux qui achètent à deux et 38% de personnes seules.

Sur le marché francilien, lorsque l’on achète seul, on choisit la centralité, un petit logement et un budget plus serré. Alors qu’à deux, et sans doute encore davantage en famille, on préfère s’éloigner (ou on est contraint de le faire), et on privilégie assez souvent la maison avec un budget plus élevé.

© mysweetimmo/adobestock