Que va devenir le patrimoine immobilier d’Aretha Franklin ?

La célèbre chanteuse n’a pas laissé de testament. De quoi s’interroger sur le sort de son patrimoine estimé à 80 millions de dollars et composé de nombreux biens immobiliers.

La presse américaine est en alerte. Depuis le décès de la chanteuse de légende Aretha Franklin, une question est sur les lèvres de tous les journalistes outre-Atlantique : que va devenir le patrimoine immobilier de la star ? L’interprète de tube de légende « Respect », était propriétaire de plusieurs propriétés dans la banlieue de Motor City. Trois autres demeures se situent dans la ville de Bloomfield Hills, dans le Michigan, et deux propriétés du coté de Highland Park, dans le même Etat.

Mais une information semble dérouter la presse américaine: le manque de préparation de la star qui n’a pas laissé de testament. Or, comme le précise le site Realtor, Aretha Franklin avait été diagnostiquée comme étant en phase terminale de sa maladie depuis quelques temps déjà.

Le Michigan, terre d’immobilier

Les Riverfront Towers.

On connaît peu de choses des cinq propriétés de la chanteuse. La principale demeure est une bâtisse de trois chambres et cinq salles de bains de plus de 400 m² à Bloomfield Hills, selon les informations de PropertyShark. Elle est évaluée à près de 1,3 million de dollars (1,1 million d’euros). Autre résidence, un pavillon de cinq chambres et sept salles de bains situé d’environ 380 m² évaluée à près de 1,2 million de dollars (plus d’un million d’euros). La chanteuse détenait également une modeste maison estimée à 267 000 dollars (moins de 230 000 euros) à Bloomfield Hills.

Le Detroit Free Press rappelle que l’artiste a passé ses derniers jours dans un appartement qu’elle possédait dans le centre-ville de Detroit, au sein des Riverfront Towers. Sauf si un conjoint ou un enfant surprise venait à se présenter, l’ensemble de ce patrimoine immobilier sera cédé de manière égale aux 4 enfants d’Aretha Franklin : Clarence (63 ans), Edward (61 ans), Ted (54 ans) et Kecalf (48 ans). Mais entre les taxes sur les successions, les frais d’avocat ou encore d’homologation, ces derniers risquent de voir leur part de cet héritage fondre comme neige au soleil.

Un Graceland sauce Aretha Franklin

Selon CityLab, la maison d’enfance de la « Queen of Soul », pourrait faire l’objet d’une transformation afin d’en

La maison d’enfance d’Aretha Franklin

faire un lieu de pèlerinage pour les fans. Une propriété d’une centaine de m², en partie détruite par un incendie en 2016. L’équivalent du Graceland d’Elvis Presley. Le site serait également consacré à la vie du père d’Aretha Franklin, le révérend C.L. Franklin, un chanteur, pasteur et militant des droits civiques connu sous le nom de « la voix à un million de dollars. Un mémorial permanent, qui ne sera construit qu’avec l’accord de la famille.

© Mysweetimmo

MySweet’Newsletter

Chaque semaine