C’est l’été Indien sur le marché immobilier, vendez !

Comment les notaires voient-ils les deux prochains mois ? Les belles conditions dont profite le marché immobilier ne semblent pas faiblir ! Le volume de ventes pourrait atteindre un niveau record. Et les prix ne vont pas connaître de hausse étouffante pour les acheteurs…

Immonot.com publie tous les deux mois la tendance du marché immobilier. Cette dernière est issue d’une enquête nationale réalisée fin septembre 2018 auprès d’études notariales réparties sur toute la France, décryptée par le Professeur Bernard Thion pour Immonot.com.

L’activité : une nette reprise

Les vacances achevées, l’activité est revenue dans les services de négociation à un niveau comparable à celui du début de l’été. Alors que 17 % de nos correspondants demeurent très dubitatifs quant à une amélioration de leur activité, 28 % s’en réjouissent, une bonne moitié pariant sur leur stabilité.

Sur le plan national, rien ne semble encore troubler les bons scores obtenus au niveau de ventes de logements puisqu’à fin juillet leur nombre cumulé sur 12 mois atteignait le chiffre de 950.000 contre 915.000 un an plus tôt. En supposant que durant ces derniers mois les transactions se situent à un niveau équivalent à celui de l’an dernier, on peut donc miser sur un nouveau record du nombre des ventes de logements en 2018.

Évolution des prix : petite hausse attendue…

Début octobre, 24 % des correspondants contre 29 % deux mois plus tôt prévoient une diminution du prix des logements. Des pronostics à la baisse qui s’effritent, et qui viennent corroborer les chiffres de l’Insee. Fin juillet, celle-ci nous indiquait une hausse mesurée, avec une augmentation de + 2,5 % en Province sur les douze derniers mois.

Cependant, certains indicateurs demeurent préoccupants. C’est le cas notamment des loyers dont la lente décroissance des prix incite de moins en moins les investisseurs à se porter acquéreur. C’est aussi l’allongement de la durée des prêts qui, selon la Banque de France atteint 240 mois en moyenne, niveau particulièrement élevé jamais atteint depuis plus de 10 ans. Il en résulte une limitation naturelle des octrois de prêts et, par voie de conséquence, une diminution du nombre des acquéreurs potentiels alors que le nombre des vendeurs souhaitant profiter de la bonne orientation du marché aurait tendance à augmenter.

Le conseil des notaires: il faut vendre

Ces appréhensions des notaires concernant l’évolution du marché immobilier se retrouvent plus particulièrement dans les conseils qu’ils peuvent donner à leurs clients pour des décisions à plus long terme. Pour une grande majorité d’entre eux, soit 87 % au niveau des logements et 62 % pour les terrains à bâtir, il faut profiter du niveau actuel des prix pour vendre un bien immobilier avant toute nouvelle acquisition. Ce qui signifie, qu’à terme les prix ne peuvent que baisser, suivant en cela l’inflation et la hausse des taux qu’elle entraînera, limitant mécaniquement le nombre des acquéreurs solvables.

© SweetRédaction
Era France