En immobilier aussi, les espèces qui survivent sont celles qui s’adaptent !

En une décennie les agents immobiliers développant des réseaux de mandataires sont devenus les grands challengers des « agences vitrées ». Pascal Beuvelet livre sa vision du marché et l’analyse qui l’a conduit à créer THE DOOR MAN avec Pierre-Arnaud Mazzanti.

Le boom des réseaux de mandataires

En une décennie les agents immobiliers développant des réseaux de mandataires sont devenus les grands challengers des « agences vitrées ».  Aujourd’hui 108 réseaux sont identifiés déployant près de 20 000 collaborateurs.  Leur nombre ne cesse de croître et leurs effectifs avec. IAD compte désormais 6 700 mandataires, SAFTI 2900, CAPIFANCE 2 100, PROPRIETES PRIVEES 1 300, OPTIMHOME 1 300.  Ces 5 premiers en nombre de mandataires représentent à eux seuls plus de 70% des effectifs sur le terrain. Ils sont crédités de 8,5 % de part de marché. Avec une croissance de 25% par an de leurs effectifs ils devraient franchir les 25% de part de marché dans les 5 ans.

« Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements. » Charles Darwin

De la nécessité de repenser l’avenir de l’agence vitrée

Une pyramide des gains plus avantageuse pour les collaborateurs, l’absence de pression à la performance et une totale liberté de la gestion du temps sont des arguments de recrutements forts. Les réseaux de mandataires démontrent qu’ils « collent » parfaitement aux évolutions de la profession à l’instar de ce qui se pratique depuis des décennies aux Etats-Unis.  Dès lors les agences immobilières avec vitrine ont les plus grandes difficultés à garder leurs collaborateurs et bien sûr à en recruter. Les campagnes de recrutement très médiatisées des grandes enseignes Century 21 et Guy Hoquet témoignent de cette réalité ! Dans ce contexte l’avenir de l’agence vitrée doit nécessairement être repensé surtout pour celle qui ne disposent d’un service administration de biens déjà performants. La nécessité d’évoluer et d’accompagner la nouvelle donne en matière d’offres de services et de conquête commerciale est impérative.

De la nécessité pour les réseaux de mandataires d’aides les parrains à manager leurs filleuls

Cependant, le modèle développé par les réseaux de Mandataires est confronté à un problème d’assistance et de soutien de leurs collaborateurs en proximité sur le terrain. En effet leur expansion est fondée sur un recrutement pyramidal multi-niveaux « Parrain-Filleul ». Dans cette organisation le parrain doit simultanément produire et assurer un service permanent de management auprès de filleuls qui peuvent être disséminés partout en France !

Dans la réalité seule la mission de recrutement rémunératrice est remplie. L’accompagnement des filleuls est coûteux en temps. Il est quasi inexistant. Aussi, trop souvent livrés à eux-mêmes, en manque de repères, beaucoup baissent les bras provoquant très un important et très couteux turn-over de 30 à 35% par an !  Confrontés, eux aussi, à une hémorragie de collaborateurs, des réseaux de mandataires estiment désormais indispensable d’implanter des « Market place » ou autres « Ateliers » pour apporter un espace d’accueil à leurs collaborateurs en région.

Dans cet esprit THE DOOR MAN France, dernier né des réseaux de mandataires, développe en franchise un modèle unique et inédit de 40 concessions exclusives où des professionnels de l’immobilier et/ou du management assurent en proximité l’assistance et le soutien juridique, technique et commercial de 100 à 200 mandataires et ce, sans aucune obligation de production.

© mysweetimmo
Era France