La femme est-elle l’avenir de l’immobilier ?

MySweet’Immo réuni la Tribu Immo pendant le salon RENT pour s’interroger sur la place des femmes dans l’immobilier et dans la Proptech. Le casting du premier Sweet’Event orchestré par Ariane Artinian ? Eric Allouche (ERA), Christine Fumagalli (ORPI), Cathy Larrieu (Diagandgo), Elisabeth Julien (Ikimo9), Jeanne Massa (Habitéo), Evelyne Gielen, Jean-Marc Torrollion (FNAIM), Sophie Richard (Viagimmo), Laurent Vimont (Century 21)

Où sont les femmes ?

La dernière édition du salon dédié aux nouvelles technologies dans l’immobilier Rent fut l’occasion pour MySweet’Immo et le Journal de l’Agence d’organiser une conférence sur la place des femmes dans le secteur. Car si la profession fait de plus en plus de place à la gent féminine, il semble nécessaire de rester vigilant sur le sujet. « Pour ma part, je suis un Fhomme, c’est-à-dire un homme avec un grand F », lance Lauront Vimont, président du réseau d’agences immobilières Century 21 France. « Je suis rentré dans l’immobilier grâce à une femme, j’ai été managé par des femmes et depuis, je fais en sorte d’être le garant de l’égalité entre les sexes au sein de mon entreprise et de chasser tous les mauvais comportements. Chez Century 21 nous comptons plus de 400 femmes managers ou directrices d’agences et il y a autant d’hommes que de femmes dans le réseau ».

Christine Fumagalli, Présidente ORPI

Un constat partagé par Eric Allouche au sein de son propre réseau Era Immobilier. Mais comme le souligne Christine Fumagalli  « les femmes sont en nombre dans les métiers back office, mais dès que l’on monte dans la hiérarchie, elles se font de plus en plus rares ». Modèle pour de nombreuses femmes au sein de son entreprise, la patronne du réseau d’agences immobilières Orpi se lasse des questions déplacées que certains interlocuteurs masculins peuvent lui poser : « On me demande souvent ce que pense mon mari de cette situation. Mais je ne vois pas mes confrères hommes être interrogés sur ce que pense leur femme de leurs obligations et responsabilités liées à leur travail», ajoute-t-elle.

La proptech encore à la traîne

Sans compter les autres secteurs de l’immobilier où les femmes se font rares : « 75 % de nos collaborateurs sont des collaboratrices, mais seulement 14 % de femmes s’engagent dans le syndicat ou des adhérents entrepreneurs », ajoute Jean Marc Torrollion.  Du côté des acteurs des nouvelles technologies liées à l’immobilier, force est de constater que les « actrices » ne sont pas en nombre : «  Rien qu’en observant les start up dans leur ensemble, nous constatons que seule une femme sur dix parvient à monter sa boîte », déplore Cathy Larrieu, présidente de Diagandgo. « Les femmes se mettent des barrières elles-mêmes. Pourtant, elles sont capables de monter des start up et de lever des fonds. » Car comme le rappelle Jeanne Massa, fondatrice d’Habitéo, « Nous pouvons tout faire et à tout âge. Je crois que le jour où nous n’aurons plus besoin d’avoir de conférences sur ce sujet nous aurons fait un grand pas. »

 

© mysweetimmo/Lebedinsky
Era France