« Il n’y aura pas de terre polluée qui sortira du Grand Paris », Jean-Luc Petithuguenin, PDG de Paprec

Jean-Luc Petithuguenin, PDG de Paprec était l’invité d’Ariane Artinian au forum Global Cities Makers. Pour lui la gestion des déchets est une problématique essentielle dans la mutation des espaces urbains.

« Le déchet dans la ville, ça commence par le déchet du particulier », explique Jean-Luc Petithuguenin, au micro d’Ariane Artinian. Le Président-directeur général du groupe Paprec intervenait dans l’une des conférences du premier forum Global Cities Makers, organisé par Paris Capitale Economique à la Chambre de Commerce et d’Industrie à Paris. Il s’exprimait à propos de la gestion des déchets et l’impact environnemental dans la mutation des grandes métropoles. Paprec, groupe français basé à la Courneuve non loin de Paris, est spécialisé dans le recyclage des déchets. Evidemment l’entreprise est largement impliquée dans le projet du Grand Paris, « c’est une première dans le monde , on va tracer totalement tout ce qu’on trouve dans les fouilles pour créer le nouveau métro : ou on va le recycler, ou on va le traiter parce que c’est pollué » raconte le chef d’entreprise qui ajoute « il n’y aura pas de terre polluée qui va sortir du Grand Paris ».

La problématique de gestion des déchets…

Il faut dire que l’évolution des grandes métropoles va obligatoirement entraîner une importante problématique de gestion des déchets. « Dans le Grand Paris on fouille pour créer le métro mais on créé aussi des ouvrages, des gares, etc. » précise Jean-Luc Petithuguenin, « il y a donc divers éléments à recycler, du verre, de l’aluminium… et tout ça c’est notre spécialité ». S’il est impossible de tout recycler, « ça coûte trop cher » insiste le PDG de PAPREC, il est possible aujourd’hui de recycler au moins 80% des déchets selon ce spécialiste. Et concernant les prix, tout dépend du type de déchet : « si c’est du déchet industriel c’est du 100€/tonne, si ce sont des terres, on est plutôt sur du 20€/tonne » précise le PDG de Paprec.

…qui peuvent devenir une ressource

Si le rêve fou du Grand Paris pourrait être de ne plus produire aucun déchet, ce pourrait être aussi de pouvoir donner une seconde vie à tout ce qui est jeté. Et le savoir-faire est là dit le PDG : « votre bouteille d’eau, lorsque vous la jetez dans une décharge, c’est du pétrole perdu » explique-t-il, « quand vous la recyclez, c’est du pétrole qu’on retrouve ». C’est le principe de l’économie circulaire. Par contre pas question de lui parler de « zéro déchet », mouvement pourtant à la mode ces derniers temps, Jean-Luc Petithuguenin n’y voit que du marketing. « Quand vous rentrez chez vous, n’hésitez pas à bien trier vos déchets, vous les mettez dans une poubelle jaune, et ça va partir dans une usine Paprec » , voilà le conseil de Jean-Luc Petithuguenin. Simple comme bonjour on vous dit.

 

© mysweetimmo©Lebedinsky
Propriété privée