« La Global City est un enjeu, un défi mais aussi un but pour Marseille », Hugues Parant

Hugues Parant, directeur Général d’Euroméditerranée, était invité au Forum des Global Cities Makers et il est passé par le micro d’Ariane Artinian. Il nous explique le projet Euroméditerranée et ses spécificités.

La plupart des grandes métropoles mondiales sont en plein développement et se modèlent peu à peu, pour avancer avec leur temps, rayonner, attirer, connecter, tout en respectant les besoins environnementaux et économiques. Le tout premier forum Global Cities Makers qui se tenait à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Ile-de-France à Paris les 14 et 15 février, était concentré sur ces changements et cette mutation des villes monde. Concernant la France, il a beaucoup été question du Grand Paris. Pourtant, d’autres pôles sont en pleine évolution dans l’hexagone et ce n’est pas Hugues Parant, directeur général d’Euroméditerranée qui va dire le contraire. Euroméditerranée, Etablissement Public d’Aménagement, « c’est un énorme projet (…) de restructuration urbaine du Sud de l’Europe (…) qui a été décidé par les collectivités et par l’état il y a 20 ans » raconte Hugues Parant. Un projet qui touche le centre-ville de Marseille et plus largement la métropole Aix-Marseille Provence.

Renouveler et réhabiliter le centre-ville

« Le premier objectif est de renouveler complètement l’urbanisme du centre-ville gare Saint Charles et en descendant vers la mer », précise le directeur général d’Euroméditerranée. Il ajoute que « nous sommes aujourd’hui vus comme les spécialistes de la restructuration complète, urbaine, de toute la zone péri-portuaire qui va du vieux port jusqu’a ce qu’on appelle le marché aux puces à Marseille, c’est a dire une bande de 5 ou 6 kilomètres le long du port et de parfois 3 kilomètres de large ». Via cette restructuration, de nombreux aménagements ont déjà été fait. Par exemple, selon Hugues Parant, 1,5 millions de mètres carrés constructibles ont été créés, des dizaines de milliers d’appartements réhabilités, la construction d’infrastructures qui font aujourd’hui le rayonnement de Marseille à travers le monde comme le Mucem, la réhabilitation du Fort Saint-Jean, le Vieux Port, etc. « Aujourd’hui,  la Méditerranée a créé en fait une sorte de ville tertiaire mixte, comme on l’aurait rêve a la Défense » explique Hugues Parant, « on a créé 500 000 mètres carrés de bureaux, 600 000 mètres carrés de logements et des surfaces commerciales qui en font la principale centralité commerciale ». Une activité tertiaire qui va être décuplée avec le temps.

Marseille, ville monde en construction

Pour le directeur général d’Euroméditerranée, il faut parler maintenant de Marseille-Aix. Hugues Parant résume : « Marseille s’est tout le temps vue comme une espèce d’ile au milieu de cet ensemble, aujourd’hui tout cela fonctionne de mieux en mieux ensemble ». Maintenant, « il faut surajouter des usages nouveau en terme d’environnement, sécurité, mobilité, énergie, connectivité » d’après lui. Des parallèles sont possibles avec la métropole du Grand Paris, « parce que la métropole Marseillaise sera une métropole nécessairement multipolaire » dit-il, « la question c’est par exemple d’établir des clusters un peu partout, comme a Paris mais a l’intérieur d’un ensemble qui lui est déjà morcelé ». Le point différenciant c’est cet effet d’éparpillement. Paris a un côté centralisé, ce qui n’est pas le cas d’Aix-Marseille. « L’avantage c’est que nous sommes aussi capables d’expérimenter » se réjouit le directeur général d’Euroméditerranée, « vu l’agilité dans laquelle on est, vu la taille plus modeste de notre projet… ». Il faut maintenant, outre faire preuve de créativité, s’inspirer de ce qui a été fait et l’adapter. « La Global City est un enjeu pour nous, un défi mais aussi un but » assure Hugues Parant.

Un pont vers l’Afrique

« L’Afrique demain va avoir à réfléchir massivement sur la question urbaine » précise-t-il. Pour Hugues Parant, Marseille bénéficie d’une place spécifique dans la question urbaine africaine. C’est pourquoi l’African Urban Live a été crée, une première au monde. « Ainsi, on commence à réfléchir en prévision du sommet Afrique/France de 2020 sur la question urbaine en Afrique » explique-t-il, « il faut faire en sorte que Marseille apparaisse comme étant le pendant Européen de quelque chose qui se passe a Dakar, à Abidjan ou autre, et nulle part ailleurs ». Pour cause, le développement du continent africain va très vite, et il faut pouvoir le suivre. Voilà qui représente l’un des enjeux les plus importants pour la métropole Aix-Marseille. En tout cas, selon Hugues Parant, l’attractivité de la métropole Aix-Marseille ne va pas s’arrêter là. « L’effet métropolitain va accélérer l’attractivité (…) cela va sans doute attirer un certain nombre de regards de l’extérieur, de plus en plus qui vont être intéressés par la massification de l’offre métropolitaine, par la résolution du problème des transports, par la résolution d’un certain nombre de questions qui se posaient séparément  à Aix, à Marseille ».

© Andreane Meslard
Propriété privée