Keller Williams : le réseau américain s’implante plus vite que prévu en France

A grandes enjambées, Keller Williams se déploie en France. Le Groupe comptera 40 Market Centers fin 2019 dans l’Hexagone, soit 1500 à 2000 membres. Son atout pour vendre ou acheter un logement ? Sa force de frappe !

Alors Keller Williams, c’est quoi ? Un groupe co-fondé en 1983 par Gary Keller et Joe Williams dont le siège est à Austin, au Texas et qui revendique le titre de plus grand groupe immobilier au monde avec plus de 190 000 membres. En 2012, le Groupe s’est ouvert à l’international en accordant ce qu’on appelle des « Master Franchises ». Il est aujourd’hui présent dans 38 pays, dont la France depuis 2016.

Les markets Centers, de grands espaces de travail partagés

Ce modèle importé des Etats-Unis est un mix des deux modèles existants sur le marché, à mi-chemin entre les agences traditionnelles, qui emploient pour la plupart sur place des VRP salariés, et les réseaux de mandataires qui emploient, eux, une batterie d’indépendants travaillant à leur domicile. Chez Keller Williams, il n’y a pas d’agence immobilière au sens où on l’entend mais des Market Centers, de grands espaces de travail partagés qui regroupent chacun de 80 à 150 agents (négociateurs immobiliers).

23 Market Centers de plus en 2019

Implanté d’abord à Boulogne-Billancourt puis à Lyon, le Groupe annonce deux années d’avance sur son développement et compte aujourd’hui 23 Market Centers. Il en ouvrira 23 de plus en 2019. Les contrats sont déjà signés. Comme par exemple à Perpignan, Albi, Dijon, Bezençon et le centre de Paris qui en accueillera deux de plus … « Nous gérons un grand nombre de demandes d’ouverture de Market Center, ce qui explique qu’en 2019 nous allons ouvrir plus de Market Centers que pendant les années 2016, 2017 et 2018 réunies, se réjouit Christian Fabre, directeur général de Keller Williams France. Nous ne retenons actuellement qu’1 candidature sur 10. Un Market Center, ce n’est pas une agence immobilière, mais une entreprise, une grosse entreprise… Il ne suffit pas juste d’avoir fait de l’immobilier.» Le groupe devrait compter de 1500 à 2000 membres fin 2019.

La promesse d’une force de frappe considérable

Ce qu’apporte cette organisation originale aux particuliers ? Une force de frappe. « Un vendeur accompagné par Keller Williams peut espérer vendre vite. Et pour cause : chaque Market Center, c’est un minimum de 2000 clients acquéreurs ! , explique Christian Fabre. Et de poursuivre : « Coté acheteurs, difficile de faire mieux, chaque Market Center propose des centaines de produits à la vente. Sur celui d’Antibes, par exemple, il y a 479 biens à la vente. Forcément, nous avons beaucoup plus de mandats qu’une agence traditionnelle qui emploie deux, voire trois  négociateurs. C’est une offre unique sur le marché. Si un acquéreur veut avoir accès à la même quantité de biens, il faut qu’il pousse la porte de 10 à 15 agences … » .

Chez Keller Williams, chaque agent est son propre patron

Dans les Market Centers, les négociateurs immobiliers bénéficient d’une formation continue, d’un coach… Car Christian Fabre l’assure : « Nous voulons le meilleur pour nos patrons mais aussi et avant tout pour nos négociateurs. Nous voulons qu’ils aient la possibilité de bien se former, d’évoluer, qu’ils s’épanouissent, qu’ils gagnent bien leur vie. Ce modèle répond à la nouvelle génération qui débarque sur le marché du travail : les millennials. Ce qu’ils veulent ? Développer une carrière tout en s’épanouissant. Ne surtout pas travailler sous la coupe d’un patron. » Chez Keller Williams, ça tombe bien : il n’y a pas de contraintes, pas de secteur, chacun gère son business, définit ses objectifs. Alors, comment tous ces commerciaux, réunis sur un même plateau ne s’entretuent-ils pas ? « C’est la magie de la culture Keller Williams qui leur permet de collaborer, de partager ! », conclut le directeur général du réseau.

© Olivia Delage