Les Français sont-ils prêts à changer pour la planète?

Tandis que plus d’une centaine d’ONG ont appellé à une « marche du siècle » pour le climat aujourd’hui, et alors que dans les pas de la suédoise Greta Thunberg, lycéens et étudiants français réclament un état d’urgence climatique, PrimesEnergie.fr a sollicité OpinionWay pour sonder la perception des Français sur le réchauffement climatique.

Près d’1/4 de climatosceptiques en France dont 36% chez les 18-24 ans !

Malgré des conséquences déjà perceptibles et les nombreuses alertes de scientifiques du monde entier, 23% des Français déclarent « ne pas croire au réchauffement climatique ». Pire, particulièrement concernés par le phénomène, près de 4 jeunes sur 10 chez les 18-24 ans et près de 3 sur 10 chez les 25-34 ans remettent en cause la réalité du réchauffement et l’idée selon laquelle la cause serait liée aux activités humaines.

Trop tard pour lutter contre le réchauffement climatique ?

Au-delà du climato-scepticisme, l’étude révèle une certaine forme de résignation et de pessimisme : pour 48% des Français, il est aujourd’hui trop tard pour inverser la tendance (on atteint 53% chez les 25-34 ans). Alors que le GIEC indiquait dans son dernier rapport, que le maintien du réchauffement planétaire sous la barre de 1,5°C sera possible si les décideurs politiques s’investissent pleinement et consentent à des actes forts, 62% des Français estiment que la solution est législative et que seule la contrainte est efficace pour les inciter à modifier leurs comportements.

Les Français, prêts à changer leurs habitudes de consommation pour sauver la planète

« Près de 2 000 villes réparties dans plus de 120 pays, note Nicolas Moulin, fondateur de PrimesEnergie.fr (groupe Vos Travaux Eco), comptant parmi les principaux financeurs de la rénovation énergétique avec plus de 184 millions d’euros distribués à près de 202 000 foyers français. Telle est l’ampleur de la mobilisation des lycéens du monde entier en faveur de la planète vendredi 15 mars, eux qui se considèrent comme la dernière génération à avoir une chance réaliste de prévenir une catastrophe climatique. Si les résultats de notre étude démontrent que la France – et particulièrement chez les plus jeunes – n’est pas épargnée par le climato-scepticisme, cette mobilisation sans précédent est encourageante et doit entraîner des actions plus larges de l’ensemble de la population, des entreprises et de nos dirigeants politiques. Alors que se termine le Grand Débat, notre étude démontre également que si les Français sont prêts à faire des efforts au quotidien, ils estiment que seule la contrainte législative serait efficace pour véritablement changer les comportements… Pourtant, mieux que la contrainte, c’est la poursuite de politiques incitatives qui permettra de relever ce défi climatique sans précédent.»

 

 

© SweetRédaction
Propriété privée