« Nous la rebâtirons » assure Emmanuel Macron devant la Cathédrale Notre-Dame de Paris

Après l’incendie qui a ravagé hier une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, les dégâts sont considérables, même si les deux tours sont intactes et qu’une majeure partie des oeuvres présentes à l’intérieur ont été sauvées. Déjà, les appels aux dons affluent.

Tout a commencé le 15 avril aux alentours de 18h50 lorsqu’une fumée menaçante commence à se dégager de la partie arrière de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Peu à peu des flammes apparaissent et gagnent en intensité. Les flammes gigantesques et la fumée épaisse atteignent peu à peu toute la toiture. « J’étais juste devant, les policiers nous ont ensuite éloignés de la zone, jusqu’à Saint-Michel sur la rive d’en face » nous a confié Quentin, témoin du drame, « c’était très impressionnant, des braises incandescentes tombaient du ciel, jusqu’à nous et on sentait cette chaleur intense ». Loin de se calmer, l’incendie devient de plus en plus fort, allant même jusqu’à faire tomber la flèche de la cathédrale. Les pompiers, mobilisés par centaines, ont eu besoin de près de douze heures et de 18 lances à incendie, pour stopper le feu destructeur. Toutefois, d’après ce qu’ont déclaré les soldats du feu sur Twitter, « la structure est intacte ». En ce qui concerne l’enquête, c’est la Direction Régionale de la police judiciaire qui en est chargée et une cinquantaine d’enquêteurs ont été mobilisés. Les ouvriers qui travaillent sur le chantier ont déjà été auditionnés.

La reconstruction en marche

Immédiatement présent aux pieds de l’édifice en flammes, Emmanuel Macron a décalé une prise de parole sur les gilets jaunes qu’il devait tenir à 20 heures. Sur le parvis de l’emblème français encore fumant, le président de la République a promis : « nous avons su l’édifier, et à travers les siècles la faire grandir et l’améliorer (…) cette cathédrale nous la rebâtirons, tous ensemble ». En ce qui concerne les dégâts matériels, la toiture, la flèche et la charpente ont été réduites en cendre. Heureusement les nombreuses oeuvres d’art gardées à l’intérieur de l’édifice, comme la couronne d’épines ou la tunique de Saint-Louis, ont pu être extraites à temps. Pour le moment, elles sont entreposées à la Mairie de Paris. D’autres reliques n’ont pas eu cette chance, comme celles qui se trouvaient à côté du coq qui surmontait la flèche qui s’est effondrée. Concernant les peintures accrochées à l’intérieur, elles devront être restaurées au Louvre. La grand orgue a subi quelques dégâts à cause des litres d’eau déversés, et le petit orgue a lui été fortement endommagé. « Dès demain une souscription nationale sera lancée » a déclaré hier Emmanuel Macron, « nous ferons appel aux plus grands talents qui viendront y contribuer ».

 


Des dons en cascade

Une chose est sûre, la reconstruction sera longue et coûtera au moins des centaines de millions d’euros selon le ministre de la Culture. Franck Riester était l’invité de France Inter ce matin, et il a déclaré : « nous avons tous les éléments pour rebâtir à l’identique ». A la question « allez vous déclarer Notre-Dame Trésor National ? (ce qui permettrait aux dons de bénéficier d’une réduction d’impôts de 90% ndlr.), Franck Riester répond que « cela est réservé aux oeuvres d’art qui risquent de sortir du territoire », tout en évoquant un dispositif spécifique de collecte de dons.

Nous avons tous les éléments pour rebâtir à l’identique.

Et en parlant de dons, ces derniers affluent déjà : la ville de Paris va mobiliser 50 millions d’euros pour la reconstruction, la région Île-de-France va elle débloquer 10 millions, mais les milliardaires français se mobilisent également. En effet, la famille Pinault, via sa filiale Artemis, va donner 100 millions d’euros, Patrick Pouyanné le PDG de Total va donner 100 millions d’euros, 10 millions de la famille Bouygues, tandis que la famille Arnault et LVMH vont débloquer 200 millions d’euros. La Fondation du Patrimoine, organisme privé, a également créé une cagnotte de soutien en ligne. Egalement engagé à soutenir l’édifice, le Crédit Agricole d’Ile-de-France, mécène majeur du patrimoine francilien, qui va verser un million d’euros.


Des cagnottes de soutien en ligne lancée également ça et là, de manière anonyme. Par exemple, cette cagnotte Leetchi, qui a déjà récolté  27 655,31 euros à 16h ce 15 avril. Sur cette page intitulée « Financement des réparations de Notre Dame de Paris », les créateurs assurent que le versement des fonds à la cathédrale a été validé par la plateforme. Une solidarité qui ne s’arrête pas aux portes de la France. Une cagnotte a notamment été créée par la French Heritage Society, une association américaine qui oeuvre à la préservation du patrimoine français. A J+1 les fonds affluent donc pour financer la rénovation de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, et ça ne va sûrement pas s’arrêter là.

© Andreane Meslard