« Ici, à l’Orfévrerie by QUARTUS, nous préfigurons les usages de demain », Sophie Rosso

Rencontre sur le site des anciennes usines Christofle à Saint-Denis, avec Sophie Rosso, directrice générale des opérations de Quartus.

Dirigez-vous vers la porte de la Chapelle. Passez sous le pont de l’Autoroute A1, sous un entrelacs de nœuds routiers. Piquez à droite les bords du canal de l’Ourcq.  Suivez les panneaux qui indiquent le Musée Bouilhet-Christofle. Poussez le portail, et arrivez dans un village en brique rouge de 20 000 mètres carrés à l’abri des regards, joyau de l’architecture des manufactures du XIXe siècle. Bienvenu à L’Orfèvrerie. C’est ici, sur le site des ateliers de haute-orfèvrerie Christofle que Sophie Rosso, directrice générale des opérations de QUARTUS nous reçoit « sur le vif ».

2 années d’occupation temporaire pour peaufiner le projet

L’ensemblier urbain qui a investi ces lieux en 2016 prend le temps de la réflexion pour donner une nouvelle vie au site industriel. « Dans les villes, les lieux productifs redeviennent des lieux attractifs, constate Sophie Rosso. Ici, nous avons eu un véritable coup de cœur ». Le site a beau être à quelques encablures du futur village olympique -totalement en bois, pas question pour les équipes de Franck Dondainas de se lancer bille en tête dans une restauration patrimoniale du site classé bâtiment historique avec à l’appui  traditionnels études de marché et sondages auprès du voisinage. « Chez QUARTUS, nous partons toujours de l’usager et de ses attentes pour configurer un lieu, rappelle Sophie Rosso. Pour concevoir l’usage futur du site, il faut d’abord comprendre quel sera cet usage; c’est cela notre ADN. Nous avons opté pour deux années d’occupation temporaire pendant lesquelles nous allons mettre au point le projet et préfigurer les usages ».

QUARTUS, orfèvre de la ville de demain

En attendant, bureaux, ateliers et halles ont été ouverts à la location à des artistes, des créateurs, des artisans, des start-up mais aussi à des sociétés de production en manque de plateaux de tournage. Sophie Davant donne rendez-vous aux propriétaires de babioles insolites qui ne demandent qu’à trouver preneur dans « Affaire conclue, tout le monde a quelque chose à vendre » (diffusée du lundi au vendredi à 16h sur France 2).  « Nous testons les usages tout cela au cœur d’un grand medley. En fonction de ce qui marche, des collaborations qui prennent, des besoins qui apparaissent… nous peaufinerons le projet futur ».  Reste à prendre son mal en patience pour savoir à quoi ressemblera exactement le site. Et s’il fera de QUARTUS l’orfèvre de la ville de demain.

 

© mysweetimmoAA©LiCausi