« Covid-19 : Le marché immobilier des Etats-Unis sera en solde pendant 1 an. On perdra entre 30% à 40% sur certains biens », Franck Dossa

Franck Dossa, directeur de Plaza Brickell International Realty Inc, à Miami est l’invité d’Alexis Thiebaut.

Mon Podcast Immo continue de s’intéresser aux conséquences de la crise du Covid-19 sur le secteur de l’immobilier, et aujourd’hui, nous partons outre-Atlantique, aux Etats-Unis. Comment se comporte le marché face à la crise ? Quelles perspectives dans les prochains mois ? Intervenant lors de la table ronde « Voyage au bout du Virus » (organisé par MySweetImmo en partenariat avec la cellule internationale FNAIM), Franck Dossa est directeur de Plaza Brickell International Realty Inc, installé à Miami. Il a répondu aux questions d’Alexis Thiebaut.

Un marché figé

En ce moment, aux Etats-Unis, le marché est figé dans une espèce de coma. Et pour cause : la plupart du pays a été confiné en quarantaine. Et donc, les transactions immobilières qui étaient déjà commencées avant la quarantaine se sont terminées, mais à part celles-ci, il y a très peu de transactions. Les transactions ont dû baisser de 99%. Les seules transactions dont on parle en ce moment, ce sont des gens qui achètent des biens sans les visiter, juste avec une vidéo. Mais certains achètent avec des clauses spéciales qui disent que lorsqu’ils auront l’opportunité de finalement visiter le bien, ils ont la possibilité d’annuler le contrat.

Comment vivent les agents immobiliers ?

A mon avis, c’est sur ce point que va se faire la grosse différence entre les Etats-Unis et l’Europe. Aux Etats-Unis, on n’a pas du tout de d’aide sociale, pas du tout de filet social. Les agents immobiliers sont considérés comme des travailleurs indépendants. Donc, ça signifie qu’ils n’ont pas droit aux allocations chômage et qu’ils n’ont pas droit non plus aux aides de l’Etat. Toutefois, le gouvernement américain a mis en place des aides pour les petites entreprises, mais dans la réalité, il y a vraiment très peu de ces aides qui sont attribuées aux agents immobiliers. Même si le coronavirus fait beaucoup de morts aux Etats-Unis, la vraie crise sera économique. On n’est pas loin des 30 millions de personnes au chômage.

Une hécatombe chez les agents immobiliers ?

Oui, chez les agents immobiliers, c’est clair. Aux Etats-Unis, on a énormément d’agents immobiliers mais seulement 10% d’entre eux gagne leur vie suffisamment pour en vivre. A Miami par exemple, nous avons 55.000 agents immobiliers, la plus grosse concentration d’agents immobiliers du monde. Mais il y en a peut-être 5000 qui, effectivement, gagnent leur vie. Les autres font des petits boulots à côté, beaucoup sont serveurs dans les restaurants. Ce sont ces gens-là qui risquent de ne pas survivre à cette crise parce que comme ce n’est pas leur activité à plein temps, il est à peu près certain qu’ils n’auront pas suffisamment d’économies pour pouvoir traverser cette crise.

La reprise du marché de l’immobilier aux Etats-Unis : quand et comment ?

Dans quels délais ? C’est très simple, parce que aux Etats-Unis, nous avons à la crise du coronavirus, mais nous avons aussi des élections présidentielles en novembre. Le président, pour être réélu, a besoin d’une économie qui fonctionne. Et pour avoir une économie qui fonctionne, on est obligé d’ouvrir l’économie. Ça se fera la semaine prochaine ou la semaine d’après, c’est à dire avant la fin de la fin du mois de mai. Une décision qui ne tiendra aucun compte du nombre de morts, du nombre de cas, du nombre de tests, etc. On ouvrira l’économie de gré ou de force. On aura sans doute une deuxième vague de coronavirus. Mais l’économie restera ouverte. Donc le marché rouvrira dans deux semaines et on commencera à y voir clair.

Vers une baisse des prix ?

A cause de cette crise économique à venir, le marché va s’orienter, selon moi, à la baisse. Je pense que le marché immobilier des Etats-Unis sera en solde pendant 10 à 12 mois et on perdra entre 30% à 40% sur certains biens. Ça ne sera pas généralisé sur toute la gamme, mais il y aura des opportunités.

Quels conseils à quelqu’un qui veut investir aux Etats-Unis ?

Attendre un petit peu pour pouvoir profiter de cette baisse des prix… Se préparer dès maintenant parce que dans deux semaines, on va rouvrir le marché. Il y aura pas mal de gens qui auront perdu leur emploi qui seront obligés de vendre parce qu’ils auront besoin de cash. A Miami, c’est un marché très, très international, on a beaucoup d’investisseurs internationaux qui ont des biens à Miami. Certains vont se retrouver obligés de vendre leurs biens pour pouvoir dégager du cash et sauver leur business dans leur propre pays. Donc, d’ici un mois, on va commencer à avoir de bonnes affaires. J’estime que ces bonnes affaires, que cette période intéressante, va durer 10 à 12 mois parce que le gouvernement américain va tellement injecter d’argent dans l’économie que cette économie va finir par redémarrer.

Votre société, « Plaza Brickell International Realty Inc » pourra-t-elle traverser cette crise sans dommage ?

Oui, car j’ai une bonne et solide clientèle d’investisseurs internationaux. Depuis quelques semaines, je les contacte pour leur dire de préparer leurs comptes bancaires, car ça va être le moment d’acheter. J’ai donc commencé à identifier des biens et à communiquer avec mes clients investisseurs. Mon travail dans les douze prochains mois va être de localiser et d’identifier les bonnes opportunités et d’en faire profiter mes clients. Donc, au contraire, je pense que mon activité sur 2020 et 2021 va bénéficier de ce courant, de cette crise du coronavirus, du fait que ma clientèle est très internationale.

© mysweetimmo