Immobilier Paris : Les Parisiens aux revenus confortables sont les plus nombreux à déserter la capitale !

© adobestock

Post-confinement, les Parisiens sont désormais plus nombreux à envisager leur achat de résidence principale en grande couronne ou bien en dehors de la région parisienne. Cette augmentation est d’autant plus forte parmi les CSP++, en particulier les revenus supérieurs à 10 000 € nets par mois. L’Eure, l’Ille-et-Vilaine, l’Eure-et-Loir, les Pyrénées-Atlantiques et les Alpes-Maritimes composent le top 5 des départements les plus recherchés en régions.

Sous l’effet de la crise sanitaire et du développement du télétravail, les Parisiens ont revu leur projet immobilier. Ils sont désormais plus nombreux à envisager leur achat de résidence principale en grande couronne ou bien en dehors de la région parisienne. Pretto, courtier immobilier en ligne, a analysé plus de 47 000 simulations entre janvier 2019 et mai 2021 pour déterminer les villes les plus recherchées post-confinement. L’étude s’intéresse également aux possibilités d’acquisition selon les budgets mobilisés.

Sous l’effet des différents confinements, les Parisiens ont décidé de revoir leur projet d’achat immobilier. Ainsi, après le confinement du printemps 2020, près du double d’entre eux recherchent leur résidence principale hors Ile-de-France. Ils étaient 7 % entre janvier 2019 et mars 2020 (avant le 1er confinement) contre 13 % entre avril 2020 et mai 2021.

En parallèle, la proportion de recherches de logements dans Paris intramuros recule de 11 %, et de 5 % en petite couronne.

« Avec la pandémie, le télétravail est devenu la norme pour une majorité de Parisiens. Ils ont pris conscience, avec le confinement, de leur logement exigu. Mais aussi qu’ils pouvaient très bien s’éloigner de leur travail pour bénéficier d’un logement plus grand avec une pièce en plus », observe Pierre Chapon, président de Pretto.

Les Parisiens aisés, plus enclins à quitter l’Ile-de-France

Les Parisiens se détournent ainsi de la capitale. Et vivre en dehors de l’Ile-de-France concentre un fort intérêt : l’augmentation des recherches post-confinement est de 77 % en moyenne.

Cette augmentation est d’autant plus forte parmi les CSP++, en particulier les revenus supérieurs à 10 000 € nets par mois (par foyer), avec une hausse de 108 %. Bien que moins marquée chez les foyers touchant moins de 3000 €, elle reste importante : +67 %.

Plus les revenus sont élevés et plus l’envie de quitter l’Ile-de-France est en forte hausse

« Les Parisiens les plus aisés ont réalisé qu’ils pouvaient avoir une grande maison avec jardin en province pour le même prix que leur appartement parisien. Certains ont même fait le choix de transformer leur résidence secondaire en résidence principale ou semi-principale. Paris reste accessible rapidement en TGV », affirme Pierre Chapon, président de Pretto. 

Les départements proches de l’Ile-de-France en tête des recherches, suivis de près par le littoral ensoleillé

L’Eure (+171%), l’Ille-et-Vilaine (+145%), l’Eure-et-Loir (+131%), les Pyrénées-Atlantiques (+122%) et les Alpes-Maritimes (+114%) composent ce top 5.

« Ces départements offrent de belles opportunités d’achat, tout en étant bien reliés à la capitale pour revenir rapidement au bureau une à deux fois par semaine dans le cas de la Normandie et de la Bretagne », observe Pierre Chapon, président de Pretto.

Pretto a analysé les 5 villes en régions ayant le plus gagné en intérêt post-confinement et a déterminé la surface d’achat possible avec un budget de 260 000 € et un apport de 25 000 €.

Top 5 des villes en forte augmentation en régions

« Evreux est très clairement la gagnante : proche de Paris, ville moyenne et belles possibilités d’achat. Les Parisiens lorgnent aussi du côté du littoral et pour certains, plus que de partir loin pour du télétravail partiel ou total, on parle de changement de vie », déclare Pierre Chapon, président de Pretto. 

La Seine-et-Marne et les Yvelines, premiers départements visés en grande couronne

Si les Parisiens sont fortement intéressés par les régions hors de l’Ile-de-France, les recherches pour une résidence principale sont en hausse de 25 % en grande couronne post-confinement. La Seine-et-Marne (+ 31%), les Yvelines (+ 25%), l’Essonne (+ 24%) et le Val-d’Oise (+ 22%) font partie des départements qui se distinguent.

Le budget moyen d’acquisition est de 300 000 €, contre 420 000 € pour un achat à Paris intramuros. L’apport mobilisé est également inférieur : 28 000 € contre 50 000 €.

Cet engouement des Parisiens pour la grande couronne se fait au détriment de la petite couronne. Ainsi, les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis perdent en intérêt. Les recherches pour Noisy-le-Grand (93) ont reculé de 34 %. C’est -31 % pour Courbevoie (92), – 27 % pour Montrouge (92). Aubervilliers (93) et Levallois-Perret (92) perdent toutes les deux 26 %.

« La grande couronne gagne en attractivité grâce à sa qualité de vie. Ses départements présentent plusieurs atouts : de grands espaces verts, la possibilité d’acheter plus grand, voire d’acquérir une maison. Et il est facile de se rendre dans la capitale en cas de télétravail partiel », déclare Pierre Chapon, président de Pretto.

Pretto s’est intéressé aux 5 villes en grande couronne ayant le plus gagné en intérêt post-confinement et a déterminé la surface d’achat possible avec un budget de 300 000 € et un apport de 28 000 €.

Top 5 des villes en forte augmentation en Ile-de-France

« Rambouillet et Deuil-la-Barre tirent leur épingle du jeu. On constate un retour en grâce des villes moyennes. Le prix du m2 y est plus abordable que dans les grandes villes et c’est un point fort dans les recherches », commente Pierre Chapon, président de Pretto. 

 Méthodologie

  • Le budget moyen est déterminé sur l’ensemble des recherches effectuées de janvier 2019 à mai 2021 dans le cadre d’une résidence principale.
  • Les informations sur les prix au m² proviennent de meilleursagents.com
  • Les temps de trajet (voiture, train) sont une moyenne des différents modes de transports (train, voiture, avion).
  • Les taux sur 20 ans (hors assurance) sont déterminés selon l’apport et les revenus sur pretto.fr (au 4 juin 2021). Le montant emprunté prend en considération les frais bancaires, de garantie et de courtage.
Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo