Immobilier Europe : En 15 ans, les prix ont progressé de 135% en Suède et 38% en France

immobilier europe
© adobestock

Quel a été l’impact de la crise des subprimes sur l’immobilier en France et en Europe ? C’est la question à laquelle répondent les Notaires de France dans leur dernière note de conjoncture.

L’indice des prix des logements Eurostat mesure l’impact de la crise des subprimes

Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires de France comparent les variations des prix de l’immobilier en France et dans l’Union européenne entre les années 2005 et 2020. L’étude repose sur l’analyse de l’indice des prix des logements Eurostat.

L’indice des prix des logements Eurostat reflète les variations des prix de tous les types de logement achetés par les ménages dans les 27 pays qui composent aujourd’hui l’Union européenne. Il fait partie des «euro-indicateurs» qui visent à donner un aperçu général de la situation économique dans la zone euro, l’Union européenne et les États membres. Dès lors, il est possible de comparer l’évolution des prix des logements dans l’Union européenne, en identifiant quatre grandes phases depuis 2005 et notamment les conséquences de la crise des «Subprimes» en 2007/2008.

Depuis 2005,l’indice des prix des logement a grimpé de 46% dans l’Union Européenne (UE)

Depuis 2005, les prix des logements dans l’Union européenne ont augmenté de 46 % en quatre grandes phases :

  • 2006/2007 : forte hausse (+ 9 % par an en moyenne)
  • 2008/2009: ralentissement puis baisse des prix suite à la crise dite des « Subprimes » (+ 1 % en 2008 et – 4 % en 2009)
  • 2010/2014 : stagnation (0 % par an en moyenne)
  • 2015/2020 : reprise de la hausse (+ 4 % par an en moyenne).

La France a le plus souffert de la crise des « Subprimes »

Les prix des logements n’ont pas été impactés de la même manière selon les pays durant la crise des « Subprimes ». En 2007, à l’exception de l’Allemagne où ils sont quasi stables, les prix sont encore fortement en hausse en France (+ 6 %), en Suède (+ 12 %) et en Espagne (+ 10 %). Mais dès 2008, les prix évoluent entre – 1 et + 1 % dans ces quatre pays.

En 2009, alors que les prix baissent de – 4 % dans l’Union européenne, ils baissent plus fortement en France (- 6 %) et en Espagne (- 7 %) mais restent stables en Allemagne (+ 1 %) alors qu’ils augmentent toujours en Suède (+ 3 %). Dès 2010, la baisse prend fin dans l’Union européenne avec des prix qui se stabilisent. La France fait partie des pays dont la reprise est la plus importante, avec des prix en hausse de + 5 % sur un an.

Les prix ont augmenté de 38% France, de 66% en Allemagne et de 135% en Suède

Entre 2005 et 2020, en France, si les prix des logements suivent globalement la même tendance que dans l’Union européenne, la hausse des prix reste plus modérée (+ 38 % contre + 46 % sur l’ensemble de l’Union européenne). Si on analyse de plus près la dynamique, entre 2005 et 2015, la hausse est comparable à celle enregistrée dans l’Union européenne (+ 18 % contre + 16 %), mais est plus faible dans la phase de reprise entre 2015 et 2020 (+ 17 % contre + 27 % sur l’ensemble de l’Union européenne). Comparativement, les évolutions de prix entre 2005 et 2020 sont beaucoup plus importantes en Allemagne (+ 66 %) et en Suède (+ 135 %).

En Allemagne, les prix évoluent dans les mêmes proportions que sur l’ensemble de l’Union européenne sur la même période entre 2005 et 2015 mais plus fortement ensuite (+ 38 % entre 2015 et 2020). À l’inverse, en Suède, la hausse est beaucoup plus forte avant 2015 (+ 92 %) et similaire ensuite à l’évolution sur l’ensemble de l’Union européenne sur la même période. Quant à l’Espagne, elle se distingue par une baisse généralisée des prix des logements depuis 2008 de 6 %. Entre 2006 et 2015, les prix ont diminué de 26 %, puis augmenté dans les mêmes proportions que sur l’ensemble de l’Union européenne jusqu’en 2020 (+ 28 % entre 2015 et 2020).

Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo