Les Femmes de l’Immo/Anne-Sophie Thomas (Gestia Solidaire) : « Moi, mon credo, c’est d’aider les gens !»

Anne-Sophie Thomas

A 30 ans, Anne-Sophie Thomas a co-fondé, avec son frère Emmanuel, Gestia Solidaire une agence immobilière qui aligne les intérêts des investisseurs avec les besoins des locataires qui ne rentrent pas dans les critères classiques. Portait d’une femme bienveillante et dynamique …

Mysweet’immo : Pourquoi avoir choisi l’immobilier ?

Anne-Sophie Thomas : Très vite, durant mes études, j’ai choisi l’immobilier et j’ai atterri dans l’immobilier solidaire. J’ai en effet fait un Master droit immobilier, dont une bonne partie en alternance au sein d’une foncière responsable baptisée Etic qui construit des immeubles de bureaux avec un principe de tiers-lieux avec des espaces de coworking et de loyers modérés. J’y ai travaillé 6 ans en tant que responsable juridique et financier. Ceci explique peut-être cela … J’aime l’approche de l’immobilier solidaire. J’aime aider les gens.

Depuis toujours, le problème de la difficulté d’accès à la location en France me tenait à cœur. J’étais très sensible au phénomène de mal-logement en France dans les grandes villes pour toutes les personnes solvables mais dont les dossiers ne correspondent pas aux critères définis par les assureurs. En fait c’est vraiment de cette problématique qu’est né petit à petit dans ma tête Gestia Solidaire.

Mysweet’immo : Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer ?

Anne-Sophie Thomas : Après 6 ans, j’ai fait une rupture conventionnelle et je suis partie faire un MBA au canada en économie urbaine et finance immobilière. J’y suis restée 3 ans et j’ai fait une thèse sur l’impact des politiques publiques sur le prix des loyers. Au Canada, j’ai beaucoup réfléchi. J’ai construit mon projet de 2018 à 2020.

Ce qui m’a inspiré c’est le modèle anglo-saxon. Au Canada, pour se loger, seule la cote bancaire du client compte ! A la différence des propriétaires français, les Canadiens ne demandent aucun document. J’ai validé mon MBA et, comme j’étais intéressée par l’entreprenariat social, j’ai eu la chance de revenir en France et d’intégrer Live for Good fin 2019. L’incubateur à impact pour les moins de 30 ans de Phillipe Courtois – Président Microsoft France. Puis en 2020 l’incubateur Manufactory. Et, ensuite, celui des Premières avec le programme BPI et la French Tech Tremplin qui m’ont accompagné dans le développement de mon entreprise.

Mysweet’immo : Qu’est-ce qui caractérise votre méthode de travail ?

Anne-Sophie Thomas : Je voulais depuis longtemps créer un réseau d’agences immobilières qui soient plus solidaire et qui permette en fait d’aligner les intérêts des propriétaires qui investissent avec les besoins des locataires solvables mais qui ne rentrent pas dans les critères classiques. Moi, mon crédo, c’est d’aider les gens !

En 2020, nous avons donc co-fondé avec mon frère l’agence Gestia Solidaire à Lyon. Dans notre modèle, les propriétaires ne perdent pas d’argent ! Nous travaillons avec eux sur le prix des loyers pour que ce soit plus abordable pour les locataires tout en leur apportant une rentabilité grâce notamment aux lois de défiscalisation, aux aides financières qu’ils peuvent obtenir pour faire rénover leur bien… Chez nous, solidarité rime avec rentabilité. En parallèle nous accompagnons les locataires pour les aider à renforcer leur dossier avec des garanties comme Visale.

Le concept de Gestia Solidaire vise à développer des agences physiques puisqu’il faut, ne serait-ce que pour expliquer la démarche, un accompagnent humain appuyé par des outils en ligne qui facilite le parcours d’accès des locataires et le conseil aux propriétaires pour les inciter à louer de façon plus abordable. Nous avons actuellement une agence à Lyon et une à Paris.

Mysweet’immo : Auriez-vous imaginé une telle réussite ?

Anne-Sophie Thomas : Nous n’en sommes qu’au début mais je suis très heureuse du démarrage de l’entreprise. C’est au-delà de nos espérances. Nous avons déjà une centaine de biens en gestion. L’idée c’est de tripler d’ici fin décembre le nombre de biens en gestion pour pouvoir faire une levée de fonds (entre 700 000 et 1 M€) en début d’année et accélérer le développement.  

L’idée c’est de constituer un réseau d’agences dans toutes les grandes villes de France puisque nous intervenons dans les zones dites tendues, principalement Lyon, Paris, Marseille, Lille… On peut aussi envisager de se développer dans des villes plus moyennes où il existe tout de même une tension. Nous souhaitons développer également des produits d’investissement issus de programmes neufs (vente en VEFA)  achetés à des promoteurs et que nous revendrons à des propriétaires qui veulent louer solidaire avec un montage de défiscalisation loi Cosse et PLS – Prêt Locatif Social. Ce qui leur permet d’avoir des abattements sur les revenus fonciers. Notre objectif est toujours d’apporter de la rentabilité en plus de la solidarité. Nous apportons un conseil juridique et fiscal en amont du projet de gestion locative. Ils comprennent vite qu’ils ne perdent pas d’argent. De toute façon, les propriétaires ne sont pas difficiles à convaincre. La crise a mis en évidences les problèmes d’accès au logement.

Mysweet’immo: Quels conseils donneriez-vous à ceux qui se lancent dans l’immobilier ?

Anne-Sophie Thomas : Il faut observer ce qui se fait pour essayer d’innover sur ce secteur. Mais surtout s’entourer car le réseau est très important dans l’immobilier. Il faut s’entourer d’un réseau fort et faire preuve d’excellence pour se démarquer.

Anne-Sophie Thomas, Co-Fondatrice & Présidente Gestia Solidaire
Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo