Crédit immobilier : Doit-on s’attendre à une baisse en 2022 ?

projet immobilier
© adobestock

2022 sera-t-une année aussi exceptionnelle que 2012 en matières d’octroi de crédits immobiliers ? Rien n’est moins sûr … Le point avec Finance Conseil qui dresse le bilan de 2021 et les perspectives pour 2022

Des taux bas qui ont porté le marché

Le marché du crédit immobilier en 2021 a été particulièrement dynamique. A la fin de l’année, le montant de crédit immobilier devrait dépasser les 220 milliards d’euros et le nombre de transactions pourrait atteindre 1 200 000. En moyenne, nous notons que les revenus des emprunteurs au niveau national ont légèrement baissé de 5% par rapport à 2020. Mais les taux historiquement bas et la possibilité d’emprunter à moins de 1% sur toutes les maturités avec un bon dossier, ont permis d’accompagner la croissance du marché de l’immobilier qui a démontré une capacité de résistance et de rebond importante.

Une situation idéale pour les emprunteurs malgré des disparités par région

Néanmoins, l’étude du profil des emprunteurs révèle que certaines régions semblent avoir été plus impactées, comme la Nouvelle Aquitaine, l’Occitanie et la région PACA où tous les indicateurs sont en baisse, que ce soit les revenus, le montant de l’apport ou le montant de crédit accordé. Au contraire, les régions Pays de Loire et Île-de-France affichent des hausses de revenus et d’apport, ce qui démontre une dynamique économique de fond qui devrait se maintenir sur la durée.

Une bonne année également pour les primo accédants et les investisseurs

Le pourcentage des primo-accédants (45%) et celui des investisseurs locatifs (30%) nous indiquent que les normes du Haut Conseil de la stabilité Financière assouplies fin 2020 – portant le taux d’endettement à 35% au lieu de 33 % et la durée maximale à 27 ans contre 25 ans pour certains projets avec travaux – n’ont pas constitué de frein significatif dans ce contexte de taux bas.

Et en 2022, une baisse attendue ?

Les banques souhaitent maintenir la dynamique du marché pour asseoir un niveau de production au moins équivalent l’année prochaine. Cependant, un ralentissement du marché est attendu en raison de plusieurs facteurs.

En cause la hausse des taux et des prix de l’immobilier

En effet, selon Sophie Ho Thong, Directrice stratégie et communication de Finance Conseil, « en 2022, une légère baisse des volumes de crédits est envisageable pour plusieurs raisons : une hausse des taux de l’ordre de 0,15% est à prévoir, due à la possible répercussion de l’inflation et l’augmentation des prix devrait se poursuivre d’environ 2%. L’offre pourrait peiner à se renouveler, que ce soit dans le neuf ou dans l’ancien. Le neuf particulièrement subit des facteurs structurels et conjoncturels comme la rareté et la cherté du foncier, la hausse du coût de production et des matières premières et l’adaptation aux nouvelles normes environnementales. De plus, les banques pourraient adapter leur taux en fonction de la valeur verte du bien calculée à partir du nouveau DPE pour accompagner la transition énergétique comme le préconise la Banque Centrale Européenne. »

Le taux d’endettement des ménages s’en trouvera donc impacté et des profils finançables aujourd’hui ne pourront donc plus l’être demain.

Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo