Investir à la montagne : Les Gets et Méribel, deux stations qui rencontrent un joli succès

Méribel

Vous cherchez à investir à la montagne ? Pourquoi pas aux Gets et à Méribel ? Athena Advisers fait le point sur ces deux stations des Alpes qui permettent de faire un bel investissement.

La crise sanitaire a rebattu les cartes à la montagne : si l’absence de remontées mécaniques a freiné temporairement l’engouement pour le ski, les Alpes connaissent un succès croissant depuis cet été, en grande partie soutenu par la clientèle française. Les remontées mécaniques vont commencer à rouvrir fin novembre et la saison s’annonce plus belle que jamais !

 Les Gets et Méribel, deux stations familiales prisées

Stations familiales dotées de beaux domaines skiables, Les Gets et Méribel comportent de nombreux atouts qui séduisent vacanciers et investisseurs : ce sont de jolies stations bien équipées en commerces et services de proximité, vivantes toute l’année, proposant de nombreuses activités pour toutes les envies, avec des domaines skiables renommés. Les Gets est proche des Portes du Soleil, à 1000-2500 mètres d’altitude. Méribel permet de skier dans le domaine des Trois Vallées, entre 1500 et 3200 mètres d’altitude.

« Les deux stations permettent de profiter pleinement des atouts de la montagne : des paysages spectaculaires, des activités sportives et ludiques pour tous les goûts, de bonnes tables à partager, des commerces pour ne manquer de rien…, explique Charles-Antoine Sialelli, Directeur Alpes chez Athena Advisers, spécialiste de l’immobilier dans les Alpes. Nous constatons le même succès des deux stations auprès de notre clientèle française et internationale. Les prix immobiliers diffèrent toutefois : il faut compter 9 000 € à 14 000 € du mètre carré pour un bien neuf aux Gets quand les prix tournent plutôt entre 15 000 € et 30 000 € du mètre carré à Méribel. »

Des profils investisseurs variés

Les investisseurs chez Athena Advisers ont des profils variés mais trois grands types d’acheteurs se dessinent. Tout d’abord, le jeune couple d’actifs célibataires à la recherche d’un investissement (souvent une première acquisition pour acheter un bien plus grand ensuite) pour qui la dimension du revenu locatif est importante. Généralement, celui-ci opte pour un appartement d’environ 50 m², surface optimisée avec un lit double et un lit superposé, pour un budget autour de 500 000€.

Il y a ensuite, le jeune couple d’actifs avec 2 enfants qui voudra à la fois un revenu locatif intéressant mais aussi pouvoir profiter du bien : celui-ci va choisir un appartement d’environ 70-80 m² avec 2 à 3 chambres  ou 2 chambres et une cabine pour un budget de 800 000€ à 1 000 000 €.

« Troisième profil : le couple à la tête d’une famille, âgé de 50-60 ans, avec plus de moyens financiers et qui privilégie la qualité du bien aux revenus locatifs. Il re cherche un appartement de préférence dans une grande station, d’une surface de 100-120 m² avec 3 à 4 chambres. A Méribel par exemple cela représente un budget entre 2,5 et 3,5 millions d’euros », complète Charles-Antoine Sialelli.

De nouvelles tendances liées à la crise sanitaire

Athena Advisers a observé des changements dans la demande depuis le confinement du printemps 2020 : une augmentation de budget, une recherche croissante de chalets individuels, la présence d’un espace bureau et d’une bonne connexion internet. « Ces tendances s’expliquent assez naturellement à l’éclairage de la crise sanitaire que nous avons traversé.», précise Charles-Antoine Sialelli.

Et il ajoute : « Nous observons de plus en plus de ventes à des budgets supérieurs à 10 millions d’euros dans des stations comme Megève et Méribel, qu’il s’agisse de neuf ou d’ancien. Contextuellement, la crise a démontré l’intérêt de l’immobilier comme valeur refuge et cela l’explique sans doute. De même, la demande de chalets individuels s’est renforcée du fait de la crise : les gens ont ressenti le besoin d’être en sécurité dans un espace propre. Enfin, avec le succès croissant du télétravail, la présence d’une pièce en plus ou d’un espace bureau et celle d’une bonne connexion internet sont devenues presque systématiquement requises. Cependant nous ne remarquons pas pour le moment d’effets notables sur la scolarisation d’enfants dans les écoles sur place. »

La saison hiver 2021-2022 s’annonce pleine de promesses

Cet été, les Anglais, grands habitués des stations des Alpes françaises, n’étaient pas au rendez-vous du fait de l’ouverture tardive aux Anglais des frontières de la France, au 1er août, qui ne leur a pas permis de se projeter sur le territoire. « Toutefois l’été a été assez dynamique en termes de ventes. Les personnes qui ne pouvaient pas ou peu se déplacer depuis longtemps ont recommencé à voyager : cet été et cet automne ont été de très belles périodes pour nous, et cet hiver s’annonce prometteur », conclut Charles-Antoine Sialelli.

Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo