Immobilier Paris : L’architecte Camille Hermand redonne de l’élégance à un vieil appartement haussmannien

Camille Hermand
© adobestock

Cet appartement avait tout pour plaire : sa situation, au cœur de Saint-Germain des prés, un plan parfait, de beaux éléments classiques. Vieillot, car loué depuis des années, il était le terrain de jeu idéal pour dessiner l’Haussmannien du XXIème siècle. Pari réussi pour l’architecte Camille Hermand !

Une double réception, un hall d’entrée, une vaste cuisine, bien placée, 4 chambres et deux salles de bains. Si ce n’était les murs défraîchis, on aurait pu croire que rien n’était à refaire dans cet appartement classique. Mais comme dans tout bien de location, il manquait singulièrement de rangements, la cuisine, les salles de bains et les peintures étaient vieillottes, l’électricité hors d’âge, les fenêtres des passoires thermiques.

La mission de l’architecte Camille Hermand a été de lui redonner toute son élégance, tout en le remettant aux normes, électriques et thermiques.

Si aucun mur n’a été cassé, tout le reste est changé. Les sols sont unifiés, avec la pose d’un beau parquet à chevrons dans toutes les pièces qui n’en avaient pas, y compris dans la cuisine. Les fenêtres sont remplacées, comme si de rien était : fermetures en gueules de loup et à crémones, bow-window en métal finement ciselé.

Dans les chambres, des placards et dressings sur mesure font place nette. Le moindre couloir ou recoin est exploité pour y placer des rangements, des bibliothèques ou de petits bureaux. La cuisine est adaptée sur mesure aux murs sans angle droit, dégageant l’espace pour une vraie table ronde. La porte de service disparaît derrière une paroi invisible en continuité du mur.

Une bibliothèque habille la chambre des parents, avec une tablette de travail et un système de lift, qui permet de dissimuler la télévision. Le dressing est construit dans la continuité. Pas de fils ou de prises multiples ne viennent obscurcir le champ de vision.

Les beaux éléments classiques, corniches et cheminées, sont restaurés. Les moulures en bois sur les murs sont changées, pour mieux s’adapter à la nouvelle architecture. C’est le fil rouge de l’appartement : moulures en soubassements, moulures sur les portes des placards, elles filent sur ceux du couloir pour les rendre invisibles. Les cache-radiateurs reprennent les mêmes codes et deviennent des consoles.

Pour optimiser la faible luminosité de ce premier étage, les couleurs jouent le contraste de blanc et de sombre, bleu ou vert profond.

D’anciennes portes semi-vitrées ont été conservées. Le hall d’entrée, vert foncé, s’ouvre sur le salon immaculé. Seuls les enfants ont choisi des teintes différentes. Les salles de bains ont le luxe discret de celles des hôtels, avec un plan en marbre, des robinets à l’anglaise, un sol à cabochons. Tout est fluide, doux, élégant, en conservant le beau classicisme qui fait la beauté de Paris.

Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo