Immobilier Ile-de-France : L’activité marque le pas en fin d’année 2021

Notaires de France
© adobestock

Par rapport à la même période en 2020, qui bénéficiait d’un fort rattrapage de l’activité après le premier confinement, les ventes reculent de 14% (-11% pour les appartements et -19% pour les maisons). Le point avec les Notaires du Grand Paris.

43 230 ventes de logements anciens ont été enregistrées en Ile-de-France de septembre à novembre 2021. Mais selon la dernière note de conjoncture immobilière des Notaires du Grand Paris, par rapport à la même période en 2020, qui bénéficiait d’un fort rattrapage de l’activité après le premier confinement, les ventes reculent de 14% (-11% pour les appartements et -19% pour les maisons). Pour ces dernières, la comparaison par rapport à l’exceptionnelle fin d’année 2020, qui avait bénéficié d’un afflux de la demande, accentue le phénomène de baisse.

Accalmie de l’activité en fin d’année 2021 en Ile-de-France après une période de forte accélération

Si l’activité marque le pas, elle reste cependant encore 9% au-dessus des ventes moyennes calculées sur les 10 dernières années de septembre à novembre. Dans le détail, et par rapport à la même période l’an dernier, les volumes de ventes sont encore historiquement élevés en septembre 2021, mais en recul en octobre et novembre. Ils sont à peine supérieurs aux moyennes des 10 dernières années pour ces deux mois. Et cette tendance moins dynamique se serait prolongée en décembre 2021.

Cela ne devrait pas empêcher un très bon niveau d’activité sur l’ensemble de l’année 2021 en Ile-de-France, en croissance par rapport à celui de l’année 2020. Il pourrait même approcher voire dépasser le record historique de 2019. Les évolutions des volumes de ventes par secteur géographique et par type de logement sont contrastées, mais globalement orientées à la baisse pour la période. De septembre à novembre 2021, le marché parisien reste sur sa lancée avec des volumes de ventes proches de ceux observés il y a un an pour la même période. Les ventes d’appartements ont davantage baissé en Petite Couronne (-17%) qu’en Grande Couronne (-10%). En ce qui concerne le marché de la maison, la baisse d’activité est plus forte en Grande Couronne (-21%) qu’en Petite Couronne (-11%).

Les hausses de prix s’assagissent parallèlement

En Ile-de-France, de novembre 2020 à novembre 2021, la hausse annuelle des prix des logements anciens a été ramenée à 3%, après avoir atteint 6,6% en novembre 2020. Le contraste entre la poussée du prix des maisons franciliennes, qui augmentent de 6,6% un an, et la modération des évolutions de prix des appartements (+1,4%) se prolonge. De septembre à novembre 2021 en Ile-de-France, les prix sont globalement stables pour les appartements et en hausse de 1,5% pour les maisons.

A Paris, une phase de légère érosion des valeurs se prolongerait, d’après nos indicateurs avancés sur les avant-contrats. Le prix au m² passerait de 10 670 € en novembre 2021 à 10 560 € en mars 2022, soit une légère baisse annuelle de 0,9%.

Toujours d’après les indicateurs avancés sur les avant-contrats, les évolutions de prix devraient également être plus modérées sur l’ensemble des autres marchés de l’Ile-de-France avec une hausse des prix des appartements de 2,3% en Petite Couronne et de 4,3% en Grande Couronne de mars 2021 à mars 2022. Pour les maisons, la hausse annuelle des prix ralentirait également avec +3,2% en Petite Couronne et +4,3% en Grande Couronne.

Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo