Immobilier Haute-Corse : A Bastia et dans ses environs, les biens à leurs prix partent rapidement

Gros plan sur le marché immobilier en Haute Corse (2B) avec Philippe Lavios directeur de l’agence immobilière Laforêt à Bastia.

Immobilier Bastia

Pour Philippe Lavios, directeur de l'agence Laforêt Bastia, le marché immobilier en Haute Corse fait preuve de résistance.

 0
Temps de lecture estimé : 4 min

Au nord de la Corse, des prix sages pour des biens courants

Deux grands marchés immobiliers caractérisent l’ile de Beauté. Le Nord de l’Ile de beauté affiche des prix sages pour des biens courants. Et fait preuve encore d’une belle activité.

Jusqu’à maintenant le vent de scepticisme qui souffle sur l’Hexagone semble épargner l’Ile de Beauté. « Avec des prix souvent plus attractifs que ceux de la Côte d’Azur, la Corse, surtout au Nord, continue d’attirer des acquéreurs du Continent à la recherche d’une résidence secondaire ou d’un toit pour la retraite » assure Philippe Lavios, directeur de l’agence immobilière Laforêt à Bastia. D’ailleurs depuis le début de cette année, il a réalisé près de 70 ventes. Un score largement en hausse par rapport à la même période de l’an dernier.

Bastia, un marché immobilier abordable et facile d’accès

Seconde ville de l’île avec 48.000 habitants, sur la côte Est, Bastia se positionne comme la capitale économique de la Corse. Son aéroport dessert Marseille, Paris et des villes européennes. Bastia est également accessible en bateau depuis Toulon, Nice et Marseille. Très escarpé, son territoire, plus restreint que celui d’Ajaccio, monte vite en relief jusqu’à près de 1.000 mètres d’altitude.  

Sur ce marché surtout constitué de résidences principales, le prix de l’ancien varie entre de 2.800 et 4.000 euros le mètre carré. Traversé par le boulevard Paoli, le quartier de la place Saint-Nicolas reste très animé. Les secteurs du marché et du Vieux Port sont également recherchés. Justement, dans ce dernier secteur, un appartement de 100 m2 dans un immeuble ancien s’est signé 450.000 euros.  Une transaction réalisée par un corse d’origine revenant au pays. Toujours à Bastia, la transaction moyenne tourne autour de 200.000 euros.

Les prix grimpent au fur et à mesure que l’on se rapproche de la mer

Plus on se rapproche de la mer, plus les prix grimpent. Pour un appartement les pieds dans l’eau avec accès direct à la mer et ses petites criques tout en étant proche du centre ville, il faut débourser environ 3.600 euros du mètre carré. Sur les hauteurs de Bastia, un dernier étage de 70 mètres carrés, avec une vue panoramique mer et montagne, tout en étant proche des commodités est parti à 280.000 euros.

Cap sur la Cote Est du Cap Corse pour avoir plus d’espace

Pour avoir plus d’espace que dans l’agglomération de Bastia, les Bastiais n’hésitent pas à s’installer, sur la Côte Est du fameux Cap Corse.  « En ne dépassant pas une vingtaine de minutes de transport, au Nord de Bastia, ils peuvent profiter d’une superbe vue sur la grande bleue. Un bien en première ligne mer se négocie 20 à 30% de plus qu’un autre en seconde ligne » poursuit Philippe Lavios. Comptez au moins 800.000 euros pour vous offrir une maison d’environ 200 mètres carrés, avec vue mer du coté d’Erbalunga.

A Borgo, une maison des années 1990, d’une superficie de 106 mètres carrés sur un terrain de 800 mètres carrés s’est vendue 380.000 euros. Un an plus tôt, ce type de bien serait parti à 330.000 euros.

Direction la côte Ouest pour les biens de prestige

Entre mer et montagne, La Balagne, appelée « Jardin de la Corse » pour ses oliviers, agrumes et figuiers s’étend sur un littoral bordé de plages entre l’Île-Rousse et Calvi. Les estivants français ou nons réalisent quasiment 80% des transactions. A Saint-Florent, à 600 mètres de la plage, une maison d’environ 90 mètres carrés sur un vaste terrain piscinable s’est négociée 590.000 euros.

Surplombant la baie des Agriates, une villa de près de 240 mètres carrés, édifiée sur un terrain d’environ 2.5 hectares située dans le hameau de Casta, à 20 minutes du centre-ville de Saint Florent et du port, proche de l’accès à la piste menant à une plage, s’affiche à 1,236.000 euros. Un des atouts de sa terrasse : une vue panoramique mer et montagne.

Un peu plus au sud, Calvi qui abrite une immense citadelle médiévale surplombe la marina depuis l’extrémité occidentale de la baie en forme de demi-lune. Ce relief de caractère impacte les prix de l’immobilier ancien qui oscillent entre 4.500 et 5.000 euros le mètre carré.  Des domaines privés comptent encore des villas de prestige. Edifiées dans les années 70-80, et très bien situées, elles nécessitent des travaux de rénovation et d’être remises au gout du jour.

A flanc de colline, des petits villages médiévaux comme Lumio, Pigna ou encore Monticello sont cotés. De luxueuses propriétés s’étendant sur des vastes terrains, franchissent allégrement le seuil des deux millions d’euros. Voire davantage.

Pour l’heure, le marché immobilier se maintient en Haute Corse. Les biens à leur prix se vendent rapidement, en raison de la rareté de l’offre. La preuve que les nuages ne semblent pas atteindre le ciel corse. Pour combien de temps ?

Merci Philippe Lavios, directeur de l’agence immobilière Laforêt Bastia, d’avoir répondu aux questions de la rédaction de MySweet’immo.
Vous êtes professionnel de l’immobilier et souhaitez partager votre analyse du marché avec nos lecteurs ? Contactez-vous ici
hello@mysweetimmo.com
Avec des prix souvent plus attractifs que ceux de la Côte d'Azur, la Corse, surtout au Nord, continue d’attirer des acquéreurs du Continent à la recherche d’une résidence secondaire ou d’un toit pour la retraite