Immobilier Colmar : Le marché reste tonique, même si les prix atteignent un pic

A Colmar, ville moyenne du Haut Rhin affiche une belle activité. Mais depuis le début de cette année, les prix des logements anciens semblent avoir atteint un pic.

Immobilier Colmar

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 4 min

Préfecture du Haut Rhin, Colmar se situe à une soixantaine de kilomètres de Bâle en Suisse et de Fribourg en Allemagne. Forte d’un peu plus de 70.000 habitants, cette ville bourgeoise est attractive.
Au point d’attirer des nouveaux venus d’autres régions, notamment d’Ile de France. D’ailleurs un parisien vient de débourser 400.000 euros pour un 160 m2 avec une petite terrasse, au deuxième étage d’une maison à colombages de la rue des Tanneurs dans le centre historique. Bien qu’il ait été rénové il y a plusieurs années dans le cadre de la loi Malraux, ce bien nécessite près de 100.000 euros de travaux pour remettre l’électricité aux normes et lui donner un coup de neuf. Ce type de transaction reste assez rare dans le quartier piétonnier du vieux Colmar célèbre pour ses maisons médiévales.
Jusqu’à maintenant ce secteur très touristique concentrait beaucoup de locations de courte durée. D’après la mairie, leur nombre se chiffre à 1.200 ! Ce fléau fait grimper les prix et assèche l’offre
locative pour les Colmariens. « Afin de garantir l’accès au logement des habitants, nous venons de prendre des mesures pour limiter la hausse des meubles de tourisme », signale Éric Straumann, maire de Colmar.

Le quartet des quartiers résidentiels à Colmar

Le quartier sud

En tête du quartet colmarien figure le quartier sud. Il s’étend entre la rue Michel de Montaigne et la rue Auguste Bartholdi, secteur prisé où s’alignent de belles demeures. « Attirant toujours une clientèle haut de gamme, ce secteur s’auto alimente et nombre de transactions s’effectuent sous le manteau » constate Mathieu Klein, à la tête de l’agence immobilière Century 21 à Colmar. Des maisons de maître, avec cachet, d’une superficie d’au moins 250 m2 habitables sur un terrain d’un millier de m2, franchissent allégrement le seuil d’un million d’euros. Adresses particulièrement cotées et proches de l’école privée l’Assomption : rue Voltaire, rue Schlumberger, rue Oberlin, avenue Foch.

Le quartier des maraîchers

Proche de la Forêt de Neuland , le quartier très étendu des Maraîchers, se hisse en seconde position. Situé au sud, à l’orée de la ville, cet ancien secteur agricole constitue le terrain de jeu des promoteurs pour lancer des programmes de plus d’une centaine de logements. Dans le neuf, le prix s’affiche entre 5.000 et 6.000 euros le m2. Cette rapide urbanisation s’effectue au grand dam des riverains qui appréciaient cette « ville à la compagne ». Au fil du temps des terrains maraîchers deviennent constructibles, ce qui dénature leur environnement. Chemin de la Silberrung, un appartement récent de 92 m2 doté d’une grande terrasse et d’un garage s’est signé 330.000 euros.

Le quartier Sainte-Marie

A l’ouest et de l’autre coté de la gare tout en étant proche du centre ville, le quartier Sainte-Marie est également recherché. Entre les rues de Mulhouse et du Tir, s’élèvent des immeubles datant de l’époque allemande où les beaux appartements se négocient entre 2.500 à 2.700 euros le m2. Rue de Pfaffenheim, une maison des années 60, de 140 m2 habitables sur un terrain de 600 m2, est partie
à 400.000 euros. A ce montant s’ajoutent 100.000 euros de travaux pour la rafraichir et aménager les combles.

Le Ladhof

Situé au Nord Est le « quartier des arbres » se distingue par des d’anciennes maisons ouvrières d’environ 80 m2 s’élevant sur des terrains de 200 m2 se négocient autour 200.000 euros.

Revendre d’abord, acheter ensuite

Par les temps qui courent, il n’est pas prudent d’acheter avant de revendre sa résidence principale. Plus que jamais, les agents immobiliers misent sur la solvabilité des acquéreurs. « Cette année, 75% des nos clients s’autofinancent ou ont déjà vendu leur bien. L’an dernier, ce profil ne représentait que 40% de nos acheteurs » poursuit Mathieu Klein. Malgré cette évolution, ce professionnel franchisé depuis sept ans chez Century 21, reste optimiste. Même lors des retournements de marché, Colmar a mieux résisté que d’autres villes.

Connaitre les atouts du chauffage urbain

Sur le plan de l’investissement locatif dans l’ancien, le grand sujet reste celui de la rénovation énergétique des logements. Ceux affichant un DPE (diagnostic de performance énergétique) G devront
sortir du marché locatif dès le 1 er janvier 2023. Lorsqu’elles le peuvent, les copropriétés profitent du chauffage urbain qui étend son réseau. Considéré comme une énergie renouvelable, ce type de chauffage améliore la note du DPE !