[Je me lance ! ] Crédit immobilier : avez-vous pensé aux frais annexes ?

Frais de cautionnement, frais de dossier, assurance emprunteur… un prêt immobilier n’est pas qu’une affaire de taux.

C’est le moment de passer à la banque ! Après avoir trouvé le bien de ses rêves, encore faut-il avoir les moyens de le financer. La plupart du temps, les acquéreurs se focalisent uniquement sur les taux, estimés aujourd’hui à 1,47 % en moyenne toutes durées confondues. Mais gare aux frais annexes liés à la demande d’un prêt immobilier.

Les frais de dossier

Tout d’abord, il faut tenir compte des frais de dossier dont le montant représente parfois jusqu’à 1 % du coût total du crédit, soit 2 000 € pour un prêt de 200 000 €. Des sommes qu’il est toujours possible de négocier à la baisse.

La garantie du prêt

Viens  ensuite le moment de la garantie du prêt. Quatre options existent : le cautionnement bancaire, l’hypothèque, le privilège de prêteur de deniers et le nantissement.

Avec le cautionnement bancaire, l’emprunteur passe par un organisme de cautionnement chargé de rembourser la banque s’il n’est plus en mesure de payer les mensualités de son crédit. Une prestation dont le coût peut représenter jusqu’à 2 % du montant emprunté.

L’hypothèque permet à la banque de saisir le bien en cas de défaut de paiement. Là encore, des frais de l’ordre de 1 à 2 % du crédit immobilier sont à verser. Le privilège de prêteur de deniers repose sur le même modèle que l’hypothèque mais s’applique essentiellement à l’ancien. Cette garantie se fait via un acte notarié, ce sera donc ce dernier qui sera facturé à l’emprunteur.

Enfin, le nantissement permet à l’acquéreur de mettre en garantie un autre bien mobile ou immobile de même valeur, pour sécuriser son prêt immobilier. Cela va d’un autre logement à une assurance vie en passant par des placements financiers sûrs. La banque ne prélève que peu de frais sur ce mode de garantit, réservé aux clients qui disposent d’un portefeuille de valeurs important.

L’assurance emprunteur

C’est probablement le poste le plus important. On estime en moyenne que l’assurance emprunteur représente jusqu’à 30 % du coût du crédit. Mais pas de panique ! Le changement est en marche. Depuis l’amendement Bourquin, qui permet aux particuliers de changer leur assurance emprunteur tous les ans, au moment de la date anniversaire du contrat, les banques ont revu leurs tarifs. Beaucoup d’entre elles proposent des baisses de coûts importantes et de meilleures couvertures.

Dans tous les cas il ne faut pas hésiter à faire jouer la concurrence. Par exemple, pour un couple d’une trentaine d’années en CDI ayant emprunté sur 20 ans 250 000 euros en 2014 avec un taux d’assurance groupe de 0,4 % par personne, il est possible, aujourd’hui, de faire passer ce taux à 0,06 % et ainsi de réaliser une économie de 27 550 euros, soit 150 euros par mois jusqu’à la fin du crédit.

© SweetRédaction