Démembrement de propriété : Pourquoi investir en nue propriété ?

En achetant en nue propriété, un particulier peut acquérir à moindre coût un logement bien plus grand en ne possédant que les murs du bien. Les explications de Christophe Zeller, directeur général de IRG Immobilier au micro du Fil d’Ariane.

Pour préparer sa retraite

C’est le dispositif juridique qui ravira les fans de montages fiscaux. L’achat d’un bien immobilier en nue-propriété, c’est-à-dire en ne possédant que les murs du logement. Comme nous vous l’expliquions dans une précédente vidéo, il est possible d’acheter un logement sans en conserver l’usufruit, soit la jouissance du bien. Un mécanisme qui peut avoir des avantages comme l’explique Christophe Zeller, directeur général de IRG Immobilier, dans la vidéo ci-dessus « Investir en nu propriété c’est penser à sa retraite. Si j’ai une capacité d’acheter un 2 pièces en pleine propriété je peux m’offrir un 4 pièces pour un achat en nue propriété ».

Pour investir à moindre frais

L’acquéreur ne paie ainsi que 50 % à 70 % de la valeur réelle du logement. Après 15 ans à 20 ans de détention du bien, il retrouvera la pleine propriété et pourra, s’il le souhaite, profiter d’une plus-values intéressante au moment de la vente. Outre cet aspect, l’achat d’un bien en nue-propriété permet à l’acquéreur de s’affranchir de l’ensemble de la fiscalité foncière, de la taxe d’habitation en passant par la taxe foncière ou encore l’ifi. De plus, sauf gros travaux et réparations importantes, c’est à l’usufruitier de se charger de donner le bien en location et d’assurer l’ensemble des réparations ainsi que l’entretien du bien. A noter également qu’en cas d’acquisition à crédit, l’achat en nue propriété permet de déduire des autres revenus fonciers les intérêts d’emprunt bancaire à condition que l’usufruitier soit un bailleur social ou un bailleur imposable sur ses revenus.

Pour profiter des avantages dans le cas d’une succession

Le dispositif s’avère également intéressant dans le cas d’une succession. En donnant au préalable nue-propriété de son logement tout en conservant l’usufruit, le légataire s’affranchit des droits de succession. Pour réaliser cette opération, l’acquéreur doit passer par un notaire, qui rédigera les conventions de démembrement. Ce dispositif juridique est idéal pour qui souhaite se constituer un patrimoine immobilier conséquent à moindre frais.

© Ludovic Clerima
Era France