Affaire Jacques Sordes : les maisons confisqués en Martinique seront vendues aux enchères sur Agorastore !

Confisqués en 2017, les biens achetés par Jacques Sordes, condamné pour fraude fiscale à plusieurs reprises, vont être vendus par l’AGRASC (Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués), via un marché public avec Agorastore.

Envie d’une belle propriété en Martinique ? Une villa les pieds dans l’eau ou avec une vue mer imprenable ? Vous trouverez peut-être votre bonheur sur Agorastore, la plateforme d’enchères en ligne qui permet aux collectivités de vendre leur patrimoine immobilier (château, entrepôt, ancienne poste, gendarmerie, école, église…). Actuellement, la plateforme, qui travaille avec plus de 1 500 collectivités, organise les enchères de plusieurs villas d’exception situées à Saint-Joseph, Schoelcher et Le Vauclin, à proximité des plus belles plages de Martinique. Elles ont toutes appartenu à Jacques Sordes, le cerveau d’une gigantesque arnaque d’investissement et de défiscalisation dans des panneaux solaires en Guadeloupe et en Martinique.

Une affaire d’escroquerie de grande ampleur

L’affaire ne vous dit rien ? Elle a pourtant fait grand bruit. Avec 56 millions d’euros détournés et plus de 5 000 investisseurs arnaqués, c’est l’une des plus grosses escroqueries fiscales de ces dernières années. La Loi Girardin a appuyé la combine de Jacques Sordes, patron de DTD (DOM-TOM Défiscalisation). Le principe : vendre un placement financier (un investissement dans des panneaux solaires) et récupérer une somme supérieure au montant investi. D’après Hélène Féron-Poloni, avocate de parties civiles, «Pour un investissement de 5 €, les contribuables devaient récupérer 6 € d’avantage fiscal».

Confiscation et mise en vente des biens

Jacques Sordes a été condamné à six ans d’emprisonnement en février 2017. Suite à cette condamnation, le tribunal a ordonné la confiscation de plusieurs de ses biens immobiliers au bénéfice de l’Etat représenté par l’AGRASC : une villa à Saint-Joseph, en bord de mer, une maison à Schoelcher et une propriété à Le Vauclin. Elles sont toutes aujourd’hui à saisir sur Agorastore.

« Face à l’augmentation des confiscations immobilières prononcées chaque année et afin de ne pas subir une augmentation corrélative de ses charges financières, l’AGRASC a souhaité faire appel à un partenaire pour accélérer le volume des cessions d’actifs, précise David Riahi, président d’Agorastore. Notre partenariat avec l’AGRASC permet de mettre l’expertise d’Agorastore au service du ministère de la Justice. Les biens qui nous sont confiés présentent chacun des caractéristiques spécifiques que nous valorisons tout au long du processus de cession. La vente aux enchères en ligne permet donc de mettre en concurrence un maximum d’acheteurs potentiels, élément fondamental pour optimiser le prix de cession, mais également garantir une sécurité juridique par le biais de la transparence. »

Tout le monde peut enchérir

Les enchères sont ouvertes à tous. Elles  se dérouleront en février. Pour y participer, il faut s’inscrire sur le site mais aussi visiter le bien convoité avant le début de l’enchère. Agorastore s’assurera ensuite que vous êtes solvable pour vous laisser enchérir. Une fois la vente clôturée, c’est toutefois la collectivité (ici l’AGRASC) réunie en conseil, qui choisira le meilleur projet parmi ceux proposés par les enchérisseurs. Si vous êtes l’enchérisseur qui remporte la vente, vous serez averti par email.

© mysweetimmo/adobestock