Le prélèvement à la source va t-il impacter l’achat immobilier ?

Vous vous demandez si la mise en place du prélèvement à la source ne va pas vous pénaliser pour votre crédit immobilier ? SeLoger fait le point sur les idées reçues.

Le prélèvement à la source va t-il réduire votre capacité d’endettement ? NON

Prélèvement à la source oblige, le net à payer figurant sur votre fiche de paye sera moins élevé qu’avant. Pour autant, cette baisse ne vous mettra pas de bâtons dans les roues si vous devez souscrire un prêt immobilier. « La plupart des banques devrait continuer de prendre en compte le montant du salaire net de charges, c’est-à-dire « avant impôt », pour calculer le taux d’endettement et évaluer la capacité d’emprunt » explique Sandrine Allonier de VousFinancer. « Quant aux banques qui se basent sur le salaire net après impôt, elles augmenteront en contrepartie le taux d’endettement maximum ». La mise en place du prélèvement à la source ne rend donc pas plus compliquée l’obtention d’un prêt immobilier, ni ne réduit la somme que vous pouvez emprunter.

En chiffres :   5 % des Français (et 72 % des moins de 35 ans) craignent que leur capacité d’emprunt ne soit réduite suite à l’entrée en vigueur du prélèvement à la source.  55 % des personnes interrogées (et 75 % des moins de 35 ans) redoutent également d’avoir des difficultés à faire face à leurs mensualités. (Source OpinionWays)

Faut-il redouter un effet psychologique d’appauvrissement ? OUI

Bien que le pouvoir d’achat immobilier des Français reste inchangé, la baisse du salaire net versé risque néanmoins de faire naître en eux un sentiment d’appauvrissement. Mais ce sentiment est irrationnel car s’il fait baisser le net à payer, le prélèvement à la source va, par exemple, produire un effet positif sur la trésorerie des contribuables qui avaient opté pour la mensualisation. En effet, l’impôt est dorénavant étalé sur douze mois (au lieu de dix !). L’impact psychologique de la réforme du paiement de l’impôt sur le revenu des contribuables risque toutefois d’être bien réel, cette fois, en termes d’appétence pour la propriété et les velléités d’achat immobilier des Français pourraient bien être freinées… « Une frilosité des emprunteurs et un report des transactions sont à prévoir au cours du premier trimestre, notamment chez les primo-accédants », indique Sandrine Allonier. Les Français pourraient donc être tentés de différer leurs projets d’achat immobilier de quelques mois. D’autre part, le passage au prélèvement à la source pourrait pénaliser certains salariés qui voudraient devenir propriétaires. « S’ils ne sont pas habitués à la mensualisation et aux contraintes de gestion qu’elle implique, des découverts bancaires sont à craindre et les banques n’aiment pas ça… ».

Le saviez-vous ? L’Allemagne, la Belgique, l’Espagne et la Grande-Bretagne pratiquent déjà le prélèvement de l’impôt à la source.

Faut-il craindre un effet sur la location ? NON

Le pouvoir de location des Français a toutes les chances d’être également épargné par la mise en place du prélèvement à la source. « Le marché locatif ne devrait pas être touché par cette mesure » estime Mortimer Gillot-Khayat, agent immobilier IAD, à Nice. Lorsqu’ils étudieront un dossier de location, et tout particulièrement les fiches de paie des aspirants-locataires, les propriétaires devront toutefois « se référer à la ligne « revenus nets avant imposition »». La règle selon laquelle les revenus nets mensuels d’un locataire doivent correspondre à trois mois de loyer va donc devoir être légèrement réinterprétée afin de s’adapter au nouveau contexte fiscal.

Ce qu’il faut retenir : Selon toute vraisemblance, le marché immobilier français ne devrait donc pas être une victime collatérale de la mise en place du prélèvement de l’impôt à la source. Le pouvoir d’achat immobilier/de location des Français ne devrait pas être rogné par les nouvelles règles fiscales.

© mysweetimmo/adobestock