Et si Berlin interdisait l’achat immobilier aux étrangers ?

Après la Nouvelle-Zélande, c’est au tour du maire de la capitale allemande de songer à stopper les transactions immobilières à destination des investisseurs étrangers.

Interdire aux étrangers d’acheter des logements ! Une mesure qui a le vent en poupe un peu partout dans le monde. Comme nous vous le racontions dans un précédent article, la Nouvelle-Zélande interdit désormais à la plupart des étrangers d’acheter des biens immobiliers sur son territoire afin de stopper l’inflation des prix de l’immobilier dans les grandes villes. C’est au tour de l’Allemagne, et plus particulièrement de Berlin, de songer à une méthode similaire pour corriger la hausse des prix qui sévit dans la capitale allemande depuis plusieurs années.

Le maire de la ville, Michael Müller, a demandé au Sénat local de réfléchir à une série de propositions permettant de restreindre l’achat immobilier aux étrangers. Car Berlin est la ville au monde où sur un an, les prix de l’immobilier ont le plus augmenté selon une étude publiée par Knight Franck (+ 20 %), sous la pression d’investisseurs américains, russes ou israéliens, capables d’acheter en un rien de temps des immeubles entiers. Malgré l’encadrement des loyers en place dans la ville, ces derniers augmentent au détriment d’une population où la moitié des habitants vit en location.

Une pénurie de logements à venir

En avril dernier, c’est quelques 25 000 Berlinois qui s’étaient retrouvés pour une manifestation dénonçant le manque de logements abordables dans la ville. Une étude de la fondation allemande Hans Blocker parlait même, à l’époque, d’un manque de 310 000 habitations dans la capitale. Un phénomène amené à croître tant la démographie ne cesse d’augmenter à Berlin. Selon les projections, la capitale pourrait compter jusqu’à 500 000 habitants supplémentaires à l’horizon 2030.

Reste que la mise en application d’une telle mesure s’avère complexe. Elle ne pourrait s’appliquer qu’aux étrangers hors Union européenne. De plus, elle s’avérerait inefficace contre les investisseurs dotés d’un Golden Visa, sorte de passeport européen délivré par certains pays de l’union, comme Malte, où pour un investissement de 500 000 euros dans l’immobilier locale, on se voit autoriser à circuler librement dans tous l’espace Schengen.

© ludovic clerima/mysweetprod
Era France

MySweet’Newsletter

Chaque semaine