Sur Agorastore, le prix de l’Oratoire de la Rochelle s’envole à 5 900 000 €!

Un actif de 2 400 m² attenant à l’Oratoire de la Rochelle, monument du XVIe siècle, était à vendre sur la plateforme d’Agorastore. Les enchères se sont envolées. Le prix a atteint presque 6 Millions d’euros!

C’est un record sur la plateforme. C’est la toute première fois dans l’histoire qu’Agorastore enregistre autant d’enchères pour un bien immobilier. Un actif de 2 400 m² attenant à l’Oratoire de la Rochelle, monument du XVIe siècle, était à vendre depuis le 20 mai aux enchères sur Agorastore, la plateforme qui permet aux collectivités de vendre leurs biens immobiliers. Les acheteurs se sont bousculés. Il y a eu 95 enchères. La vente a pris fin le 23 mai et le prix a explosé. Fixé au départ à 3 450 000 €, cet ensemble immobilier composé d’un bâtiment à réhabiliter de 2 400 m² de surface utile et d’une parcelle constructible d’environ 420 m² d’emprise au sol, situé à proximité immédiate de la place de Verdun, s’est finalement vendu à 5 900 000 €.

Bientôt un hôtel, une résidence pour seniors, un pôle santé ou du tertiaire …

« Il s’agit du bien le plus emblématique aujourd’hui sur le marché de La Rochelle, précise Zacharie Grumberg, responsable du développement Immobilier, en charge du dossier chez Agorastore. Son potentiel peut permettre aux investisseurs de mettre en place des projets très porteurs pour la ville.» Pour des raisons historiques, la salle de l’Oratoire et les salles attenantes ne font pas partie de la cession. L’Oratoire de la Rochelle est desservi par deux accès : l’un rue Albert Ie et l’autre rue du Collège, soit, en plein coeur de la ville.

Un peu d’histoire …

La salle que les Rochelais appellent aujourd’hui l’Oratoire a subi beaucoup de modifications au cours des temps. D’abord, chapelle du Couvent des Sœurs blanches de Sainte-Marguerite (porte du XVe siècle sur la rue du Collège), elle fut abandonnée par les moniales au moment des troubles religieux. Le bâtiment fut dès lors utilisé comme hôpital pour les blessés pendant le siège de 1573, puis comme magasin d’artillerie. Les catholiques en occupaient cependant une partie pendant les périodes où ils avaient l’autorisation de célébrer la messe dans la ville.

En 1567, le Synode provincial de Saintonge, Aunis et Angoumois, se tient dans l’église qui est restituée aux catholiques après l’édit de Nantes. La congrégation de l’Oratoire s’y installe et construit de nouveaux bâtiments. Lorsque les troubles politico-religieux reprennent après la mort d’Henri IV, les oratoriens sont expulsés de la ville et les prêches protestants reprennent en 1621 à Sainte-Marguerite. C’est dans cette église que Richelieu célébra solennellement la messe après la reddition de La Rochelle en 1628.

© Olivia Delage