Avec un salaire moyen, vous achetez 16 m² à Paris et 92 m² à Clermont-Ferrand !

A l’occasion de la publication récente par l’Insee de son étude annuelle sur les salaires dans le privé, Vousfinancer met à jour les écarts moyens de pouvoir d’achat immobilier dans les grandes villes de France. Avec un salaire moyen de 2 238 € nets par mois, on peut acheter 74 m² à Grenoble mais seulement 52 m² à Nantes ou 16 m² à Paris.

L’Insee vient de publier son étude annuelle sur les salaires dans le secteur privé (données 2016), l’occasion de faire le point sur le pouvoir d’achat immobilier dans les grandes villes de France en mettant à jour les inégalités selon les villes mais aussi les niveaux de salaires…

En moyenne, une personne travaillant dans le secteur privé à temps plein gagne 2 238 euros nets/mois (+ 0,5 % en euros constants sur un an). « Avec un salaire moyen de 2 238 € nets par mois, on peut actuellement emprunter 154 519 € à un taux de 1,40 % sur 20 ans. C’est donc le montant moyen théorique d’un crédit immobilier sur 20 ans, une somme qui, rappelons-le, a été boostée par la baisse des taux ces dernières années mais qui reste insuffisante dans certaines villes pour acheter une surface assez grande pour se loger », analyse Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

Jusqu’à 75 m² d’écart entre les villes

Avec un prix médian en France à 2 040 €/m² (source Notaires) les Français peuvent acheter en moyenne 76 m² (avec 10 % d’apport pour financer les frais) avec d’importants écarts selon les villes : en gagnant le salaire moyen français, on peut acheter seulement 16 m² à Paris, 37 m² à Bordeaux, 39 m² à Lyon, 49 m² à Lille, 57 m² à Toulouse mais 60 m² à Strasbourg, 67 m² à Marseille ou 92 m² à Clermont-Ferrand … Des surfaces qui varient du simple au sextuple en raison des écarts des prix de l’immobilier, loin d’être atténués par les différences de salaires entre ces villes…

La moitié des Français ne peut pas acheter plus de 13 m² à Paris ou 30 m² à Bordeaux

Selon les données de l’Insee, le salaire médian (2016) est de 1 789 €, ce qui signifie que la moitié des salariés du secteur privé perçoit moins que cette somme, et l’autre moitié plus… « Avec un salaire médian à 1 789 €, la moitié des Français travaillant à temps plein dans le privé ne peut pas emprunter plus de 123 519 € sur 20 ans… Si on prend le prix médian au mètre carré en France, cela signifie que la moitié des Français ne peut pas acheter plus de 61 m²… mais dans certaines villes où les prix de l’immobilier ont flambé, c’est beaucoup moins. 50 % des Français ne pourraient pas acheter plus de 13 m² à Paris, 30 m² à Bordeaux, ou 31 m² à Lyon », explique Sandrine Allonier. C’est aussi l’une des causes de l’allongement des durées de prêt car dans certaines villes la baisse des taux ne suffit plus à compenser la hausse des prix ».

On peut également observer les écarts de salaire en France …

Selon l’Insee, les 10 % des Français les moins bien rémunérés gagnent moins de 1 189 euros par mois (1er décile), alors que les 10 % les mieux rémunérés perçoivent plus de 3 576 euros (9e décile) avec une progression inégale selon les niveaux de salaires (+ 5 % depuis 2008 pour les salaires les plus élevés contre + 2,3 % depuis 2008 pour les salaires les plus faibles…). Des écarts qui se ressentent inévitablement dans le pouvoir d’achat immobilier : ainsi les 10 % de Français qui ont les salaires les moins élevés ne peuvent acheter que 20 m² à Bordeaux, c’est trois fois moins de surface que les 10 % qui touchent les salaires plus élevés (59 m²).  A Grenoble le 1er décile peut acheter au mieux 39 m² contre 118 m² pour le dernier, de même qu’à Clermont-Ferrand, on peut acheter 49 m² avec un salaire de 1 189 € contre 121 m² au moins si on gagne plus de 3 576 € nets/mois.

« Compte tenu de la répartition des salaires en France, la capacité d’emprunt sur 20 ans ainsi que la surface qu’il est possible d’acheter varie du simple au triple… et ce, sans même tenir compte des écarts de taux de crédit qui peuvent atteindre jusqu’à 0,70 point au sein d’une même banque en fonction des revenus… et si les inégalités peuvent être légèrement atténuées en augmentant la durée des prêts pour les salaires les plus faibles, c’est au prix d’une hausse du coût du crédit ! En outre, la durée du crédit n’est pas extensible à l’infini ! », rappelle Sandrine Allonier.

Les plus hauts salaires achètent 143 m² à Bordeaux ou 62 m² à Paris

A noter que les 1 % des Français les mieux rémunérés gagnent plus de 8 629 € nets/mois (99e centile), ce qui leur permet d’emprunter 595 777 € et d’acheter ainsi par exemple 143 m² à Bordeaux ou 62 m² à Paris, ce que ne peuvent pas faire 99 % des employés dans le privé avec leur seul salaire…

Et les femmes peuvent toujours emprunter en moyenne 32 000 € de moins que les hommes …

Dernier enseignement à tirer de la publication de l’Insee : les écarts de salaires hommes femmes subsistent, avec un impact sur l’accès au crédit. Les femmes dans le privé gagnent en moyenne 1 969 € nets/mois contre 2 431 € pour les hommes, soit un écart de 18,9 % qui tend tout de même à se réduire selon l’Insee (- 0,3 point par rapport à 2015 et – 3,4 points par rapport à 2002). Ainsi en raison des écarts de salaire, une femme peut emprunter en moyenne 135 946 € c’est 32 000 € de moins que les hommes… Avec un prix moyen du m² en France à 2 040 €, c’est 16 m² de moins qu’un homme…

Quelles évolutions ces 10 dernières années du salaire moyen par rapport au prix de l’immobilier ?

Par rapport à 2006, le salaire moyen net a progressé de 15 % (passant de 1941 € à 2238 €)… mais corrigé de l’inflation (14% entre 2006 et 2016) la hausse n’est que de 1 %… Toutefois, ces dix dernières années les taux ont été divisé par 3 conduisant à une hausse de la capacité d’emprunt avec le salaire moyen de 56 % !  Dans le même temps, les prix de l’immobilier ont fortement augmenté, avec tout de même de grand écart entre les villes : + 48 % à Paris, + 72,3 % à Bordeaux, + 25 % à Nantes, mais – 7 % à Marseille. Ainsi finalement le pouvoir d’achat avec le salaire moyen ressort en hausse dans la plupart des villes, la baisse des taux ayant plus que compensée la hausse des prix !

A Lille, on peut acheter 9 m² de plus qu’il y a 10 ans, à Paris 1 m², à Rennes 11m², Strasbourg + 16m² et Marseille + 27m².

 

 

© SweetRédaction