Jérôme Robin : « Il est possible que les taux de crédit baissent encore un tout petit peu »

Conversation de Salon entre Jérôme Robin, directeur général de VousFinancer et Ariane Artinian au Salon de l’immobilier et de l’investissement.

Vous êtes le fondateur de Vousfinancer, courtier en crédit, tout va bien pour vous en ce moment

Ah oui, tout va bien. Nous sommes sur un marché très dynamique, avec un volume d’activité très soutenu.

Ce dynamisme s’explique par des taux très très bas, est-ce que ça va durer ?

Oui ça va durer. Il est possible que ça continue de baisser un peu, peut-être atteindre 0,10. En tout cas c’est sûr que les conditions d’emprunt aujourd’hui sont très favorables. Pour moi l’activité est particulièrement bonne, nous sommes sur des +30% alors que déjà l’an dernier nous n’étions pas loin de 3 milliards de volume d’activité en terme de financement. Cette année est très belle et puis tout cela est renforcé maintenant par ces nouvelles baisses de taux, par la possibilité de racheter des prêts fait il y a 24 ou 18 mois.

Il y a des pays à l’étranger où on a commencé à avoir des taux négatifs. Nous en sommes loin en France, ça ne risque pas de passer sous la barre du zéro, pourquoi ?

Parce qu’il faut que les banques continuent à gagner de l’argent. La Banque de France est très vigilante là-dessus. Les banques ne vont pas s’endetter.

Aujourd’hui, un dossier moyen emprunte à quel taux sur 20 ans ?

Je dirais à 0,80, hors assurance et un bon dossier. Le plus bas que nous avons négocié c’est 0,55.

Mais comme les taux sont très bas, les banquiers sont de nouveau très exigeants sur les profils ?

Ils l’étaient déjà, ils continuent de l’être. On va dire que c’est normal. C’est la contrepartie des bonnes conditions d’emprunt. Il faut qu’ils aient la possibilité de gagner de l’argent sur d’autres périphériques.

C’est quoi un bon dossier aujourd’hui ?

Un bon dossier, ce sont des gens qui ont des revenus réguliers, un peu d’apport ou de gros revenus et qui vont pouvoir assumer de manière sereine leurs échéances de prêt.

Des conseils à donner à des emprunteurs aujourd’hui ?

Il ne faut pas hésiter à acheter une pièce de plus pour avoir une durée de détention plus longue, être un peu plus large, quitte à emprunter sur cinq ans de plus. Aujourd’hui on fait pas mal de financement sur 25 ans, ce qui était moins le cas il y a quelques années. Les écarts de taux entre 20 et 25 ans sont assez faibles, donc ça donne une réelle capacité d’achat supplémentaire.

Les taux sont très bas, aussi chez le banquier en direct, donc est-ce que ça vaut le coup d’aller chez un courtier en crédit aujourd’hui ?

Ça c’est la mutation de marché. Il est vrai qu’au début du courtage, les gens venaient chez nous pour faire des économies sur le prêt. Aujourd’hui ils passent par nous pour le gain de temps et d’énergie que ça représente. C’est à dire qu’on va s’occuper de leur dossier, on va les orienter vers la bonne banque, qui correspond le mieux à leur dossier… C’est pour cela que les gens achètent le service du courtier, car ils sont pris en charge et n’ont pas à répéter cinq fois de suite leur histoire personnelle à des banques différentes pour essayer de les convaincre.

Combien ça coûte un courtier ?

Ça coûte 1% du montant emprunté.

 

© mysweetimmo