Alexandre Missoffe : « Le risque que Paris devienne une ville musée est fort ! »

Immobilier, Espaces verts, Circulation, Culture… Alexandre Missoffe, tête de liste LREM à la mairie du VIIème arrondissement de Paris détaille son programme au micro d’ Ariane Artinian.

Candidat La République En Marche (LREM), tête de liste pour les municipales à Paris VIIème, Alexandre Missoffe affronte la maire sortante Rachida Dati (LR). Pour Mysweetimmo, il revient sur l’actualité et évoque les grandes lignes de son programme.

Sur le retrait de Benjamin Griveaux

« Cela a été vécu comme une épreuve par tous les militants engagés dans cette campagne. Mais mais on a une équipe organisée, un programme qui a été travaillé, des comités d’experts qui ont travaillé. Et puis Agnès Buzin a accepté de reprendre le flambeau avec talent, dynamisme et envie. Sur le terrain, l’accueil qui lui est réservé est excellent. On retrouve une nouvelle dynamique, et une nouvelle motivation pour faire campagne et ne pas laisser la politique des boules puantes des campagnes sur internet empêcher les choix démocratiques. »

Sur ses antécédents familiaux

« J’ai certains antécédents familiaux dans le domaine de l’action public et de la politique », reconnait Alexandre Missoffe. A 44 ans, le neveu de François Missoffe (ministre sous Pompidou) et d’Hélène Missoffe (députée et secrétaire d’État de Raymond Barre), cousin de Françoise de Panafieu (née Missoffe, ex-députée et ex-candidate à la Mairie de Paris), petit-fils de l’amiral Jacques Missoffe  qui a rejoint le Général de Gaulle en 1942.

« Je suis  un enfant du 7ème », poursuit Alexandre Missoffe. « Je suis né dans 7ème et j’y habite aujourd’hui. Mais je suis sorti de mon arrondissement. J’ai habité à l’étranger, et ailleurs en France. Avec mon premier salaire, j’ai habité dans le 19ème, avec mon 2ème salaire dans le 18ème , avec le 3ème dans le 9ème et je suis revenu il y a 12 ans dans le 7ème arrondissement où avec ma femme nous élevons nos deux enfants. »

Sur son engagement

« Travaillant sur Paris,  le Grand Paris depuis des années, j’ai tendance à valoriser ce qu’il y a de bien dans notre ville.  Il y a énormement de choses positives, mais  il y a aussi des petites choses qui individuellement ne sont par énormes mais dont la somme font une fatigue et une pénibilité. Avec mes colistiers, nous nous sommes dit, nous qui habitons les 7ème , nous qui avons des expériences professionnelles variées, voulons nous engager pour améliorer au quotidien la vie des habitants. »

Sur le 7ème arrondissement de Paris

« C’est le plus bel arrondissement de la plus belle ville du monde ».

« Le 7ème arrondissement n’appartient pas qu’aux habitants du 7ème. C’est un élément du patrimoine, un élément de Paris, du Grand Paris et de la France ».

« Il y a un phénomène de fuite des familles à Paris (…). Cela veut dire qu’il y a des écoles qui ferment, des commerces qui ne vivent plus que de l’activité touristique.

« Le risque que Paris devienne une ville musée est fort dans le 7ème arrondissement qui a perdu 10% de sa population sous les mandats de Mesdames Dati et Hidalgo. C’est contre cela qu’on veut lutter. »

« Il faut transformer les bureaux en logement, faire des résidences intergénérationnelles, avec des chambres pour les étudiants,  des seniors, des familles, organiser les liens intergénérationnels au sein d’une d’une même habitation…

Sur Rachida Dati

« Elle n’a pas de bilan dans le 7ème . Elle n’a pas d’implication dans le 7ème, n’a jamais travaillé les dossiers avec rigueur, sérieux et professionnalisme. « 

« Mes colistiers et moi, sommes du terrain, nous avons travaillé dans notre vie, nous ne faisons pas de la politique à titre professionnel. On ne se sert pas de la mairie du 7ème, comme d’un tremplin pour assouvir d’autres ambitions ou comme une base arrière pour organiser des combats politiques. On est des gens sérieux méticuleux et appliqués. »

 

© SweetRédaction