Covid-19 : « Le prochain RENT, c’est la perspective d’un moment de rebond collectif pour secteur de l’immobilier »,Stéphane Scarella

Alors que tous les salons professionnels qui devaient se tenir pendant la période d’urgence sanitaire ont été annulés ou reportés, le salon RENT, le plus grand événement dédié à l’immobilier, devrait se tenir Porte de Versailles en novembre. 

La prochaine édition du Rent, salon dédié aux innovations dans l’immobilier doit se tenir les 4 et 5 novembre porte de Versailles. Comment s’annonce l’édition 2020 ? Comment se portent les startups du secteur de l’immobilier ? Stéphane Scarella, Directeur du RENT, a répondu aux questions d’Ariane Artinian au micro de MySweetImmo (podcast).

Comment se passe la commercialisation ?

« Nous avons lancé la commercialisation le 10 mars dernier, juste avant le confinement. Nous avons commencé très fort, puis sont arrivées les mesures de confinement. On a senti un avant et un après. Toutefois, cela se passe plutôt correctement au regard du contexte. Nous vendons des stands tous les jours. On est à la fois prudent et vigilant, nous accompagnons les exposants au mieux. Nous avons plus de temps pour nous intéresser aux besoins des exposants. Dans l’ensemble, tout le monde semble se projette sur le prochain RENT, avec beaucoup d’envie, en se disant que ce sera probablement un des rares évènements du marché de l’immobilier et de la proptech en Europe qui se tiendra physiquement. Pour tous, RENT représente une perspective de rebond collectif du secteur de l’immobilier.

Décaler l’évènement ?

C’est quelque chose que l’on a en tête… nous sommes à l’écoute de VIPARIS et des autorités. Aujourd’hui, nous sommes dans une perspective assez lointaine (novembre). Pour l’instant, la question ne se pose pas. Et on espère qu’elle ne se posera pas et qu’on sera tous sortis de la crise d’ici là. »

Les startups peuvent-elles résister à la crise ?

« Il y a plusieurs cas de figure. La majeure partie des startups que nous voyons dans la proptech vont traverser la crise car elles ont su, très tôt, saisir des opportunités. Elles ont réagi vite, ont été solidaires. Les startups financées qui ont déjà un business model devront surtout faire attention à leur trésorerie, mais cela devrait se passer plutôt bien pour elles.

En revanche, les entreprises qui ne sont pas complètement financées, qui étaient dans une lever de fond, vont davantage souffrir. La majorité des levers de fonds étant gelée pour le moment. Toutefois, il faut saluer l’effort du gouvernement. Cédric O a lancé un grand plan de soutien des startup (4M d’euros). Donc il y aura de la casse, mais aussi beaucoup d’opportunités. »

Les fonds d’investissements

« Un baromètre est sorti récemment : il révèle que 70% des fonds d’investissement ont mis le focus sur la gestion de leur portefeuille au détriment de nouveaux investissements. Ils estiment qu’il y aura de la casse sur 20 à 30% des portefeuilles qu’ils gèrent.

Toutefois, les fonds d’investissement sont très vigilants à la sortie de cette crise car il y aura des opportunités d’investissement dans des startups qui se sont révélées. »

Conseils aux startups

« Il faut qu’elles continuent, bien sûr, à surveiller leur trésorerie mais aussi à faire preuve d’agilité. Je suis convaincu que le numérique est porteur de solution, on le voit plus que jamais en ce moment. Des startups vont donc se révéler. J’encourage les startups à s’engager dans la coopétition : c’est une stratégie de partage des données, des informations entre les acteurs d’un même secteur. Ceci sera la vraie révolution ! »

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !