COVID-19 : Quels impacts sur les crédits immobiliers et sur le rendement locatif ?

investissement immobilier

RendementLocatif.com, startup 100% digitale spécialisée dans le calcul de la rentabilité locative d’un bien immobilier, livre son éclairage sur les conséquences du Covid-19 pour les crédits immobiliers et la rentabilité des investissements locatifs.

Alors que la majorité des activités non essentielles sont arrêtées, le marché immobilier est lourdement impacté (agences fermées, arrêt de prospection de biens à vendre, absence de visites de clients). Parmi les scénarii imaginés : krach immobilier entraînant une baisse durable des prix de 10 à 30%, baisse des prix à court avant une reprise après la crise ou encore hausse des prix de l’immobilier.

Quel impact du coronavirus sur les crédits immobiliers ?

D’une façon générale, les taux de crédits immobiliers en France dépendent en grande partie de ce que l’on appelle le taux interbancaire (appelé « taux directeur » ou encore « EURIBOR »). Fixé par la BCE, ce taux sert comme outil pour soutenir l’économie tout en maitrisant l’inflation. C’est le taux avec lequel les banques s’échangent de l’argent entres elles. En terme simple, c’est le coût de l’argent pour les banques.

Au 24 mars dernier, le taux connu de l’EURIBOR était plutôt stable et toujours faible (à -0,506 %). De ce fait, les taux des crédits pratiqués par les banques ne devraient pas beaucoup changer et donc rester bas même pendant cette période de coronavirus. D’autant plus que la BCE souhaite maintenir l’économie pendant la crise et n’a aucune raison d’augmenter ce taux.

Attention tout de même car les banques intègrent également d’autres facteurs dans la détermination de leur taux d’emprunt :

  • Le taux de risque. En cette période de crise, le risque est plus important et les banques seront plus exigeantes sur le profil des emprunteurs et moins laxistes sur le taux d’endettement. Les personnes pénalisées seront celles au chômage partiel (20 à 30% de salaire en moins), au chômage technique ou réel.
  • Le montant de l’apport personnel de l’emprunteur. Ceux qui auront su garder une épargne disponible en apport correspondant au minimum aux frais de notaires (voire plus) seront en position de force pour obtenir un emprunt.
  • La marge que la banque souhaite faire via le crédit. En ce moment, cette marge est très faible et les banques utilisent plutôt le crédit pour acquérir de nouveaux clients rentables sur le long terme.

Comment le rendement d’un investissement locatif va évoluer ?

En fonction du scénario, si les prix baissent considérablement, la rentabilité d’un investissement immobilier locatif sera directement impactée.

« Les expériences passées en matière de crise nous ont montré que le marché locatif, donc le montant des loyers, était peu impacté. Même lorsque le marché locatif est touché, il l’est de façon totalement décoléré des prix. On constate souvent l’inverse», explique Bassel Abedi, fondateur de RendementLocatif.

Une baisse des prix de l’immobilier provoque une montée des loyers car les gens auront toujours besoin de se loger et encore plus en temps de crise où les personnes sont forcées de vendre leur résidence principale. Dans un scénario de baisse des prix, il est donc évident que le rendement d’un investissement immobilier va partir à la hausse. L’impact dépendra de la baisse. Pour les investisseurs ayant des liquidités disponibles cela représente une formidable opportunité même si l’impact sur les prix ne sera pas immédiat. Il faudra attendre 6 mois, un voir deux ans avant d’atteindre le point le plus bas d’une éventuelle chute des prix.

 

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !