Covid-19 : Et si le confinement donnait envie aux Français de se lancer dans l’immobilier ?

Le confinement joue sur le moral des Français et les pousse à s’interroger sur leur choix et leur lieu de vie. Chez Capifrance, réseau de 2 500 mandataires, les demandes affluent. Visiblement, le télé-travail et l’immobilier séduisent !

Le confinement donnerait-il des idées aux Français ? Si, d’après les portails immobiliers, les recherches de maisons avec jardin ou terrasse ont explosé en avril, laissant supposer que les internautes se posent des questions sur leur lieu de vie, Capifrance, réseau de 2500 conseillers immobiliers indépendants, a vu, lui, ses demandes d’intégration s’envoler. Les Français s’interrogeant visiblement sur leur mode de vie. Et si, à l’issue de la crise sanitaire, digitalisation et indépendance apparaissait comme une combinaison 100 % gagnante ?

Concilier vie personnelle et professionnelle

« La propagation du Coronavirus a freiné l’économie mondiale mais a également accéléré la digitalisation des entreprises, explique Philippe Buyens, directeur général de Capifrance. Digitalisation, dématérialisation, travail à distance…, sont désormais les mots clés pour tous les secteurs économiques, et plus particulièrement pour le secteur immobilier. Le télé-travail a été une découverte pour beaucoup de salariés et de chefs d’entreprise. Certains Français ont sûrement réalisé que c’était le moment pour eux de changer de vie, de privilégier un cadre agréable, de stopper les transports en commun, d’être plus libre dans leur organisation… Notre modèle, en homeoffice, permet une bonne combinaison vie personnelle et professionnelle.»

20% d’activité chez Capifrance en mars et avril

Le confinement chez Capifrance n’a en effet rien changé en termes d’organisation de travail pour les conseillers immobiliers : indépendants, tous travaillent déjà en homeoffice. Impossible évidemment depuis le 17 mars pour eux de se déplacer pour prendre un mandat ou faire visiter une maison ou un appartement… Mais ils ont eu pu assurer le suivi des dossiers. Depuis deux ans, Capifrance a développé de nombreux outils digitaux, comme la visite virtuelle, la signature électronique. Les conseillers ont donc pu signer des mandats de vente à distance durant le confinement – des estimations ayant été faites avant le 17 mars -, signer également des avenants électroniques car certains vendeurs ont anticipé la reprise et choisi de baisser leur prix, et signer des offres d’achat à distance, les acheteurs ayant visité avant le début du confinement.

« Ceci a permis au réseau d’avoir un flux de 20 % d’activité, poursuit Philippe Buyens. Les études notariales ont continué de fonctionner avec des signatures d’actes et des procurations sous seing privé : cela nous a aidé à clôturer les dossiers finalisés qui devaient se signer en mars et avril.»

Digitaliser toujours plus les transactions immobilières

Pour simplifier et accélérer les transactions immobilières en dématérialisant la gestion des dossiers immobiliers, Capifrance a lancé le 22 avril dernier un partenariat avec la plateforme collaborative MyNotary. L’objectif ? Permettre à ses conseillers de générer automatiquement pour le notaire tous les éléments sécurisés préparatoires à la signature du compromis de vente. Les dossiers complets sont ainsi très facilement constitués et grâce au panel de fonctionnalités de la plateforme, les conseillers pourront dématérialiser ces process jusqu’à signature de l’acte authentique.

Un gain de temps avec l’interface MyNotary

« Nous souhaitons rendre la transaction immobilière plus simple, plus fluide, plus sécurisée, précise Philippe Buyens. Nous avions observé que dans certains départements et dans certaines villes de France les délais de signature des compromis de vente étaient très longs. Or, on sait très bien que plus les délais se rallongent plus la vente est fragilisée. Pour cette raison, nous avons voulu faciliter l’avancement des projets. »

MyNotary facilite ainsi la collaboration entre les acteurs qui interviennent lors de l’élaboration et de la conclusion d’une transaction immobilière (notaire, acheteur, vendeur, banquier, syndic…), ce qui représente un gain du temps non négligeable pour toutes les parties prenantes. Grâce à un espace de suivi, le conseiller peut suivre l’avancée des dossiers chez le notaire et faciliter les démarches pour ses clients !

Le réseau prépare la reprise

« Depuis déjà 15 jours, les contacts acheteurs et vendeurs reprennent, conclut Philippe Buyens. Les Français ont la date du 11 mai en tête et sont décidés à ré-enchencher des projets. Chez Capifrance, nous sommes prêts à redémarrer. Les conseillers ont profité du confinement pour se former et ainsi compléter leurs connaissances ! Nous leur avons offert un kit de redémarrage pour booster leur activité. Nos conseillers sont globalement confiants. Dans un 1er temps, je pense que le marché va repartir. On va pouvoir signer les actes et les compromis qui devaient l’être. C’est en septembre qu’il faudra faire le point. L’immobilier est conditionné à l’emploi ! Une certitude cependant : les taux vont rester bas. C’est une condition sine qua non du soutien à l’économie. »

© Olivia Delage