« L’agent immobilier de demain sera peut-être un hologramme », Nicolas Gay, co-fondateur de WELMO

© mysweetimmo/adobestock

Le modèle WELMO a été conçu pour réaliser 100 % des ventes à distance. Et Nicolas Gay, co-fondateur de l’agence en ligne, s’en félicite : la digitalisation à marche forcée du secteur immobilier à cause du confinement semble lui avoir donné raison …

Pour Nicolas Gay, co-fondateur de WELMO, il y aura un avant et après Covid dans l’immobilier, c’est certain. Le confinement a accéléré la digitalisation du secteur. Et il s’en félicite… Lui et ses associés ont fait il y a 4 ans le pari du digital en lançant WELMO, la 1ère agence en ligne, une agence dans laquelle l’offre et le métier ont été entièrement repensés pour  réaliser 100 % des ventes à distance. Chez WELMO, tout le process est digitalisé, les conseillers ne se déplacent pas pour estimer les biens. Une folie, pensez-vous ? Pas du tout : le concept plaît. Depuis son lancement, l’agence en ligne réalise 100 % de croissance par an. 30 % des ventes sont issues de la recommandation. Plus de 1000 projets ont été réalisés en 2019.

L’agent immobilier : bientôt un hologramme ?

« L’immobilier est un secteur important et il avait du mal à prendre le virage du digital, explique Nicolas Gay. Plus le choix désormais ! Avec le confinement, les utilisateurs ont changé et ils sont demandeurs de digital … Celui-ci a mis un coup de projecteur sur notre modèle !»

Après les 15 premiers jours de confinement où tout le monde était un peu en état de choc, très vite, les équipes de WELMO se sont remises au boulot. Son modèle lui permettant de continuer à travailler. « Pré-Covid nous avions déjà vendu des biens sans que les acheteurs se déplacent. Avec l’ensemble des photos, la visite virtuelle… C’est faisable. Cela peut paraître étonnant mais je suis convaincu que, demain, la nécessité de se déplacer physiquement ne sera plus une règle d’or. Pour moi, l’agent immobilier de demain sera peut-être un hologramme : il se déplacera dans un bien mais de façon digitale !»

Chez WELMO, les vendeurs doivent jouer le jeu

WELMO propose plusieurs offres, de quoi toucher différents public. La 1er prix est une prestation de service à 990 €, à payer immédiatement. A ce prix, c’est le vendeur assure les visites et la négociation. Pour Nicolas Gay, ne pas faire visiter les biens présente un double avantage qui facilitent la vente : l’acheteur est rassuré de rencontrer le vendeur et celui-ci connaît très bien son bien. « C’est l’offre la plus rentable, sauf si l’on est pas à l’aise avec la négociation, précise Nicolas Gay. Mais elle n’est pas la plus utilisée ; il faut encore évangéliser. »

Deux mandats à des prix différents

A côté de la prestation de service, WELMO propose deux mandats : un exclusif à 1,9 % du prix de vente et un simple à 2,9 %. La différence avec l’offre de base ? WELMO s’occupe de la négociation. Et propose tout l’accompagnent jusqu’à l’acte authentique. « Ce qui plait chez nous ? explique Nicolas Gay. D’abord, le prix ! Puis le processus simple et digitalisé qui permet plus d’efficacité. De prime abord, le mot digital peut faire peur. Les clients comprennent très vite qu’il n’y a pas de raison. Chez WELMO, il reste beaucoup d’humain. Les échanges se font en visio-conférence. Et un climat de confiance s’instaure. WELMO coach le vendeur pour les visites. 100 % des « feed back » sont à disposition du vendeur dans son interphase…»

De la suite dans les idées …

WELMO vient de signer des partenariats pour proposer, à termes, un ensemble de services dans l’ameublement, l’assurance, la conciergerie… en cours ou après le projet !

Olivia Delage : Journaliste
Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !