Crédit immobilier : « Le marché reste dynamique mais n’est plus dans l’excès, il s’est régulé », Sylvain Lefèvre, La Centrale de Financement

Sylvain Lefèvre, président de La Centrale de Financement est l’invité d’Alexis Thiebaut au micro de Mon Podcast Immo.

Mon Podcast Immo continue de s’intéresser aux conséquences de la crise du covid-19 sur le secteur de l’immobilier. Aujourd’hui, intéressons-nous au secteur du financement des projets immobiliers. Comment la filière du crédit immobilier s’organise-t-elle pour répondre efficacement à ces mutations ? Quelles perspectives pour le marché du crédit immobilier, dans ce contexte de crise ? Sylvain Lefèvre, président de La Centrale de Financement a répondu aux questions d’Alexis Thiebaut. Extraits choisis.

La digitalisation des démarches d’emprunt s’accélère

La crise actuelle a engendré une réorganisation de tous les acteurs de la filière, aussi bien en interne que dans son rapport à l’emprunteur. Afin de répondre efficacement aux demandes en cours et à venir, la filière a en effet favorisé le recours à la digitalisation des démarches et au traitement à distance des dossiers de demande de prêt, pour simplifier et accélérer les procédures d’emprunt. Bien que les visites physiques des biens demeurent toujours le préalable indispensable à toute acquisition immobilière, la digitalisation des démarches d’emprunt répond à de nombreuses attentes des emprunteurs. Elle simplifie leur parcours et réduit les délais d’obtention d’un prêt. Ayant démontré toute son efficacité en cette période de crise, elle sera probablement, à l’avenir, non plus l’exception mais bien la norme !

On s’aperçoit que le ménage emprunteur français se dit : « je suis ravi d’avoir une agence à côté car c’est concret, mais si je peux tout faire à distance sans voir personne et sans prendre de risque, cela m’intéresse.

Rendez-vous en visio, signature électronique et cloud sécurisé

En effet, il reste 3 étapes à franchir pour faciliter et sécuriser le parcours digital des futurs acquéreurs. Il faudrait, tout d’abord, encourager le recours aux visioconférences pour renforcer le lien et rester au plus près des attentes et besoins de l’emprunteur. Les ménages ont pris l’habitude durant cette période de confinement de faire beaucoup de « visio ».

Afin d’accélérer et de faciliter l’ensemble des démarches d’obtention d’un prêt, il conviendrait par ailleurs d’autoriser la signature à distance de l’ensemble des documents juridiques et contractuels nécessaires.

Enfin, pour garantir la sécurité des données emprunteurs, lors de l’envoi des différents documents officiels auprès des différents organismes sollicités, il apparaît indispensable de créer des clouds sécurisés, dans le respect le plus strict des normes RGPD.

Ces 3 étapes traduisent un bon en avant dans le futur qu’on aurait mis plus de temps à mettre en place avant cette crise.

Vers une hausse des taux d’emprunts immobilier ?

Oui, clairement. Cette hausse des taux, cumulée aux recommandations du Haut Conseil de Stabilité Financière risque de laisser sur le côté une certaines populations de primo-accédant. Derrière, si une frange de population primo-accédante n’est plus sur le marché, les catégories plus à l’aise qui veulent vendre leur première acquisition pour en faire une nouvelle n’auront plus la clientèle de primo-accédant à qui vendre leur bien. Donc cela va forcément freiner le marché. Cela ne veut pas dire qu’il faut aller à la faute : la norme du 33% d’endettement a tout son sens.

A la veille du 16 mars, le marché immobilier s’emballait encore, sans avoir véritablement de solutions pour le freiner et éviter la surchauffe. Malgré la crise, le marché reste dynamique mais n’est plus dans l’excès : il s’est régulé. En 2019, le million de transactions avait été dépassé et pour un marché français c’était peut-être trop : le système, les prix des biens immobiliers, la production du crédit immobilier pour les banques s’envolaient, générant un risque important d’inflation. Avec la crise, si le marché redescendait à 800 000 voire 700 000 transactions sur l’année 2020, cela permettrait à l’ensemble de la filière de travailler dans de meilleures conditions et de réduire les délais d’attente pour les futurs emprunteurs. Nous retrouvons une sérénité nouvelle sur un marché jusqu’alors exacerbé, sans intervention du Haut Conseil de stabilité financière. Je reste donc très confiant pour l’avenir du secteur qui, grâce à la digitalisation et au rééquilibrage du marché, permet déjà de mieux accompagner les futurs acquéreurs !

La Centrale du Financement, c’est quoi ?

Fondée en 2013, La Centrale de Financement est spécialisée dans le courtage en prêt immobilier – financement, regroupement de crédits et assurance emprunteur. Notre ambition est de faciliter l’accès au prêt immobilier au plus grand nombre, en proposant des offres de prêts immobiliers et d’assurances emprunteurs aux conditions financières les plus avantageuses, et en garantissant une relation personnalisée et durable à ses clients, autour de quatre engagements : exigence, expertise, déontologie, et accompagnement.

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !