Explosions de Beyrouth : La maison Carlos Ghosn endommagée mais pas détruite

Villa Rose Carlos Ghosn

L’information selon laquelle la Villa Rose dans laquelle l’ancien patron de Nissan et de Renault avait trouvé refuge après sa fuite rocambolesque du Japon a été complètement détruite a été démentie par les proches de l’homme d’affaires.

Beyrouth est détruit, qu’en est-il du refuge de Carlos Ghosn ?

« Nous allons tous bien, mais la maison est détruite. Beyrouth tout entier est détruit ». Les propos tenus par Carole Ghosn, l’épouse de Carlos Ghosn  le 4 août dernier dans le quotidien brésilien, O Estado de S. Paulo ont fait le tour des médias : Les gigantesques explosions intervenues le 4 août suite à un incendie dans un entrepôt abritant 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth n’avaient pas épargnée la villa des Gohsn.

L’information n’avait rien d’invraisemblable. Rappelons que le port de la capitale libanaise a été rasé, que la moitié de la ville détruite et que la catastrophe se chiffre à 157 décès, plus de 5 000 blessés et 300 000 Beyrouthins sans toit.

Les explosions de Beyrouth ne sont pas sans rappeler la catastrophe qui avait touché la ville de Toulouse en 2001 lors de l’explosion de l’usine AZF. En jeu, à priori, les mêmes substance : les nitrates d’ammonium sont principalement utilisés pour fabriquer des engrais de synthèse dont l’invention remonte au début du XXème siècle, véritable moteur de l’industrialisation de l’agriculture.

La « villa Rose » serait devenue inhabitable mais pas détruite

Située à 5 km du port de Beyrouth, dans le quartier chrétien huppé d’Achrafieh à l’est de la capital libanaise, « La Villa Rose » dans laquelle s’était réfugié Carlos Ghosn, ancien PDG de Nissan et Renault lors de son évasion rocambolesque du Japon, a été touchée par les explosions qui ont été déclenchées par un incendie dans un entrepôt abritant 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium.

Dès le 5 août, l’entourage de l’homme d’affaire a toutefois démenti les propos rapporté par le média brésilien évoqués ci-dessus et déclaré que la maison du couple Ghosn n’est pas du tout détruite même si elle a subi de sérieux dégâts.

Selon les proches la famille, Carole Ghosn aurait bien été contactée par un journaliste mais n’aurait jamais affirmé que le bâtiment avait été détruit, bien qu’il ait été endommagé comme beaucoup de maisons dans le quartier.

Depuis, le journal brésilien a publié de nouveaux éléments dans lesquels est citée une source proche de la famille Ghosn. Celle-ci précise que les dégâts à la maison étaient limités aux fenêtres et que la déclaration de Carole Ghosn reflétait la tension du jour de l’explosion.

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !