Immobilier et reconfinement : « Il faut autoriser les visites immobilières ! », Laurent Vimont

Laurent Vimont, Président de Century 21 évoque l’actualité immobilière au micro d’Ariane Artinian, pour une nouvelle saison de « Conversation dans votre Salon ».

Invité de nos Conversations de Salon, Laurent Vimont, président de Century21 France a fat le tour des sujets d’actualités immobilière. Extraits choisis.

Sur l’interdiction d’effectuer des visites

« On nous dit qu’on peut venir à l’agence même s’il faut la fermer au public, on nous dit qu’on peut aller chez nos clients, qu’on rentrer un mandat, qu’on faire une estimation mais on pas visiter, c’est une incohérence totale ! A côté de cela, nos clients peuvent aller voir leur banque, faire une demande de prêt, assurer leur logement et passer chez le notaire ».

« Les visites sont autorisées pour les professionnels mais interdites pour les clients. Nous pouvons visiter les biens car nous pouvons travailler, en revanche le client n’y a pas droit. Ceux qui prennent le risque d’emmener leurs clients, les exposent à une amende de 135 €. C’est toute l’ambiguïté du système.

« Il suffirait d’autoriser d’une dérogation dans la l’attestation COVID 19 pour que le clients puissent visiter en toute sécurité»

« Pour le réseau Century21, le message est clair : interdiction formelle de faire toute visite, que ce soit pour une location ou pour une transaction. Ce qui est dommage, c’est que nous sommes capables de garantir des visites en toute sécurité, avec un protocole sanitaire extrêmement respectueux et rigoureux. Nous savons faire les choses correctement et je pense qu’il n’y a pas plus de danger d’aller voir un appartement que d’aller faire ses courses. »

Sur l’impact du confinement

« Je ne sais pas. Va t-on vers un confinement renforcé ? Un confinement léger ? Est-ce que les règles changeront d’ici 10 jours ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que le marché va se geler à nouveau, et que cela a des conséquences sur les trésoreries des agences immobilières et des collaborateurs qui ne peuvent pas faire leur promesse de vente. Cela aura des conséquences fortes sur l’économie et nous verrons si cela dure 1, 2, 3 ou 6 mois, toutes les hypothèses sont possibles. »

« Il est trop tôt pour établir des prévisions, le marché était extrêmement dynamique et commençait à atteindre les volumes de ventes de fin 2019 qui étaient historiquement hauts.
Nous retrouvions ce niveau de prix, qui restait haussier partout France sauf dans Paris intra-muros, où ils se sont stabilisés et dans les grandes villes de France. »

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !