Plan de relance : L’Etat investit 2,7 milliards pour la rénovation énergétique des bâtiments publics

© France relance

Avec son plan de rénovation énergétique des bâtiments publics de près de 3 milliards, l’Etat compte soutenir les TPE et PME du BTP, créer 20 000 emplois d’ici 2023 et renforcer à l’attractivité de nos villes et territoires.

En septembre un appel à projet avait été lancé dans le cadre de France Relance pour la rénovation énergétique des bâtiments de l’État, de l’enseignement supérieur, de la recherche et de la vie étudiante.  Suite à la Conférence nationale de l’immobilier public stratégique du 14 décembre présidée par le Premier ministre Jean Castex, les 4214 projets sélectionnés répartis sur 960 communes et représentant 2 699 622 025 euros d’investissement  ont été dévoilé. « Tout en relançant l’économie en soutenant notamment le secteur clé du bâtiment, ce plan constitue un investissement pour l’avenir et aura des impacts concrets et rapides sur l’ensemble du territoire », se félicite Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes Publics.

Quels sont les bâtiments publics concernés ?

Les bâtiments de bureaux des services de l’Etat (ministères, préfectures), les bâtiments accueillant du public (commissariats, gendarmeries, centres des finances publiques…), les bâtiments d’enseignement supérieur et de recherche (universités, grandes écoles, laboratoires, organismes de recherche…),les bâtiments des CROUS (logement et restauration) ou encore les casernes ou les locaux techniques.

La moitié des investissement retenus (1,3 milliards exactement) concerne les projets d’enseignement supérieur, de recherche et de vie étudiante. « Le volet rénovation énergétique du plan de relance est une formidable opportunité pour l’enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante. C’est un message fort envoyé à la jeunesse et à l’ensemble de la communauté universitaire et scientifique, illustrant une nouvelle fois notre pleine et entière mobilisation à leurs côté », explique Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Renovation Energetique

Comment les projets ont-ils été sélectionnés ?

Alors que les bâtiments sont responsables du quart des émissions de gaz à effet de serre en France et que l’immobilier de l’Etat représente un parc d’une ampleur exceptionnelle (97 millions de m² et 191 000 bâtiments), l’Etat a privilégié en premier lieu l’efficacité écologique de la relance. Avec une réduction de 400 000 000 à 500 000 000 kWhef prévue à l’issue des travaux, l’investissement de France Relance permettra de réduire considérablement les émissions de CO2 et l’empreinte carbone du parc immobilier de l’Etat. Autre critère de sélection : l’efficacité économique. Selon Bercy tous les projets retenus, mais tout particulièrement les 4 108 projets de moins de 5 millions d’euros, vont favoriser les artisans, les TPE et PME partout en France, dans tous les territoires. Par ailleurs, cet investissement va être un formidable levier sur l’emploi et les compétences : on estime qu’il va permettre la création de 20 000 emplois sur 2021-2023. Cet investissement va également permettre de renforcer les compétences d’une filière d’avenir du secteur du BTP, celle de la rénovation énergétique.

Où sont situées les rénovations ?

Sur l’ensemble du territoire y compris les  DROM et les COM. Ainsi, 237 projets ont été retenus dans les territoires ultra-marins  (Antilles, Guyane, Polynésie française, Saint Pierre et Miquelon, Nouvelle Calédonie, Réunion, Mayotte ou encore Wallis et Futuna) pour un montant total de 161 millions d’euros ou 6 % de l’enveloppe, soit plus que la part du parc de l’Etat situé dans les territoires ultra-marins.

Quand les chantiers vont-ils démarrer ?

« Les services de l’Etat et les établissements publics vont devoir très rapidement mettre en œuvre les chantiers de rénovation, pour une notification au plus tard des marchés fin 2021 et avec une date limite de livraison des chantiers en 2023 », précise  Bercy. Pour accélérer la relance, l’Etat a pris des mesures de simplification : le relèvement temporaire du seuil de la commande publique à 100 000 euros de travaux dans la loi ASAP ou la facilitation de la réalisation de marchés de conception-réalisation dans le PLF pour 2021.

France Relance

Pour prendre connaissance des projets sélectionnés, rendez-vous ici.

 

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !