Immobilier : 60% des jeunes plébiscitent le logement neuf et durable

© adobestock

En matière d’immobilier, les jeunes savent ce qu’ils veulent : ils rêvent d’une maison individuelle dans une ville moyenne, proche d’un centre ville, des transports, de la nature et du travail, mais conscients de la réalité économique, le prix reste pour eux le premier critère de choix.

La FPI et Deloitte rendent publics les résultats de leur étude conjointe « la jeune génération et le logement neuf ». Elle exploite les réponses de près de 600 jeunes actifs et étudiants, âgés de 20 à 30 ans. Elle synthétise leurs attentes à l’égard du logement neuf, avant et après le premier confinement.

Des représentations du logement marquées par la continuité

La contrainte économique et le besoin de sécurité orientent les réponses dans un sens plutôt classique. La jeune génération plébiscite la propriété immobilière, avec une préférence marquée (60 %) pour le logement neuf, associé à l’idée de qualité, et la pleine propriété (74 %). Dans l’idéal, les jeunes rêvent d’une maison individuelle dans une ville moyenne, proche d’un centre ville, des transports, de la nature et du travail, mais conscients de la réalité économique, le prix reste pour eux le premier critère de choix. Contrairement aux attentes, la connectivité ou l’évolutivité du logement ne paraissaient pas prioritaires avant le confinement.

L’affirmation de valeurs contemporaines, entre environnement et solidarité

Classique dans son approche, la jeune génération met tout de même en avant deux valeurs cardinales : la conscience environnementale et l’ouverture aux autres. Les jeunes affirment ainsi la nécessité de rénover les logements existants autant que d’en construire de nouveaux. Ils veulent un logement neuf qui soit durable, avec un fort prisme « énergie », tout en étant prêts à certaines concessions sous la contrainte économique.

Les jeunes sont également prêts à partager des espaces (potager, stationnement…) et des services, à condition qu’ils ne relèvent pas de l’intime. L’accessibilité aux personnes handicapées comme aux seniors ressort comme un attribut important du logement neuf. Pour les trois quart d’entre eux, la mixité sociale dans le logement constitue une chance plus qu’un risque. La quête de sens trouve une réponse dans cette ouverture et ce sens du partage.

Des inflexions (durables ?) liées à l’épidémie

Réinterrogés pendant l’épidémie, les jeunes adaptent certaines réponses : la polarisation sur le logement individuel dans les villes petites et moyennes se renforce, mais la proximité de la nature recule au profit de celle des services (centre ville, transport). Le critère du prix s’efface derrière d’autres qualités du logement neuf (durable, connecté et spacieux). Les jeunes sont plus ouverts au partage d’espaces ou de services, en réponse à un besoin de lien social et d’ouverture.

« Des clichés contradictoires s’attachent à cette nouvelle génération : elle serait à la fois militante et individualiste, écologiste et consumériste, ouverte aux expériences collectives et enfermée dans le digital, etc., estime Alexandra François-Cuxac, Présidente de la FPI France. Notre étude montre qu’elle définit en réalité ses propres codes, entre ruptures et continuité, pour relever les deux défis majeurs qui l’attendent : la contrainte économique et le changement climatique. »

« Cette étude nous enseigne que les transformations sociales ne sont jamais aussi rapides qu’on l’imagine, au point que les facteurs de continuité semblent largement prévaloir. Dans un contexte troublé, la jeune génération fait ressortir deux valeurs : conscience environnementale et ouverture aux autres. Nous y voyons le signe que l’humanité continue d’avancer et que chaque génération pousse un peu plus loin les valeurs de la précédente », ajouteStéphane Martin, Directeur chez Deloitte Conseil

 

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !