Baromètre des loyers SeLoger : Les propriétaires de biens immobiliers meublés contraints de baisser leurs loyers

immobilier nantes
© adobestock. A Nantes, louer un logement meublé coûte moins cher qu'un logement vide.

La crise sanitaire et le retour sur le marché classique de biens loués auparavant sur des plateformes façon Airbnb se traduit par une baisse des loyers. Voici les villes où louer un meublé coûte moins cher que louer vide.

A l’échelon national, les loyers (+1,1% sur un an) progressent moins rapidement que les prix (+6,6%)

Le baromètre des loyers Seloger du mois de février pointe des tendances inédites depuis le début de la crise sanitaire actuelle. « Nous observons notamment à travers nos études que les loyers progressent désormais moins rapidement (+1,1%) que les prix de vente (+6,6% sur un an). De même, nous constatons que dans de nombreuses villes, notamment de l’Ouest de la France (Nantes, Rennes ou Brest) et de la petite couronne parisienne (Montreuil, Boulogne…), les loyers des meublés sont moins élevés que les loyers des locations vides ! Une situation paradoxale mais résultant probablement du retour sur le marché de la location classique de nombreux logements meublés, auparavant loués en saisonnier. » explique Séverine Amate, Porte-parole du Groupe SeLoger.

Nantes : 721 €/mois pour une location vide contre 670 € pour un meublé

De la Bretagne aux Pays de la Loire, les loyers – toutes charges comprises – des meublés s’orientent à la baisse. À Rennes et à Nantes, les loyers des meublés reculent respectivement de 11,5 % et de 9,9 % sur 1 an. Des chiffres qui contrastent fortement avec ceux de la location vide car alors que le prix du loyer à Nantes enregistre 4,9 % de hausse annuelle pour atteindre  670 €/mois, le prix du loyer à Rennes se porte à 640 € mensuels au terme d’une progression de 3,9 % sur les douze derniers mois.

Cette baisse des loyers des meublés peut vraisemblablement s’expliquer par un afflux massif de logements meublés sur le marché de location classique. Crise sanitaire oblige, beaucoup de biens qui étaient loués en location de courte durée se sont ainsi retrouvés sur le marché locatif traditionnel. En conséquence de quoi, les offres de locations meublées de longue durée ont considérablement progressé. Jugez plutôt, selon le Baromètre des Loyers – Seloger, le volume d’annonce de meublés a plus que doublé à Rennes cette année. Il est ainsi permis de penser que bon nombre de propriétaires ont fait le choix de la location de longue durée de façon à s’assurer des revenus locatifs en attendant que les touristes fassent leur retour et que le marché de la location saisonnière reprenne.

Résultat des courses, les loyers des meublés sont désormais moins chers que ceux des logements vides ! Nantes affiche l’écart le plus important avec 721 € de loyer, en moyenne, pour une location vide contre seulement 670 € pour un meublé. Rennes arrive juste derrière avec un loyer moyen de 603 € par mois pour un meublé contre 640 € pour une location vide. À Brest, le loyer d’un meublé est également moins élevé (552 € par mois, toutes charges comprises) que celui d’une location vide (570 €mensuels).

Loyer Meublé Ouest

4 villes de la petite couronne où il est plus avantageux de louer un meublé

Bien que cela puisse sembler surprenant, la proche banlieue parisienne n’échappe pas à la tendance. En effet, quatre villes voient les loyers moyens de leurs locations meublées se faire doubler par ceux des locations vides. Certaines comptent pourtant parmi les plus cotées de la petite couronne ! Ainsi, pour une location vide, le prix du loyer à Boulogne-Billancourt augmente de 6,1 % sur 1 an pour avoisiner, toutes charges comprises, 1 486 € par mois. A contrario, les loyers des meublés boulonnais enregistrent un recul annuel de 5,4 % pour tomber à 1 475 € mensuels ! Là encore, ce phénomène peut trouver son origine dans la forte hausse (+ 178 % en 1 an !) du volume d’annonces de locations meublées sur nos sites.

À Montreuil, la tendance est, elle aussi, baissière (- 8,4 % sur 1 an) sur les loyers des meublés. Ceux-ci se limitent, en moyenne, à 983 € par mois contre 1020 € pour une location vide. Quant au volume d’annonces de meublés à Montreuil, il a presque doublé sur les douze derniers mois.

Saint-Denis et Argenteuil se trouvent, elles aussi, dans une situation comparable, bien que l’écart loyer d »un meublé/loyer d’une location vide tende à y être plus réduit. À Saint-Denis comptez ainsi 946 € mensuels pour le loyer d’un meublé contre 962 € pour une location vide. Si son attractivité a incontestablement été boostée par le prolongement de la ligne 14 du métro, Saint-Denis a également vu son volume d’annonces de meublés multiplié par 4 ! Quant à Argenteuil, le loyer moyen d’une location vide se hisse à 817 €, alors que louer un meublé n’y coûte, en moyenne et toutes charges comprises, que 802 € par mois.

À Besançon et à Amiens aussi, louer un meublé revient moins cher !

Cette inversion du rapport de force entre les loyers des meublés et les loyers des locations vides, les premiers tendant généralement à être plus élevés que les seconds, ne s’observe toutefois pas que dans l’Ouest et la petite couronne parisienne. À Besançon, dans l’Est de la France, les loyers des meublés (587 € par mois, toutes charges comprises) sont désormais plus bas que ceux des locations vides 618 € mensuels). D’autre part, il est intéressant de préciser que dans la préfecture du Doubs, les loyers des meublés accusent une baisse de 2,2 % sur 1 an alors que le même temps, les loyers des locations vides bisontines augmentent de 0,6 %.

On retrouve également cette situation à Amiens où les loyers baissent (- 0,6 % sur 1 an pour les locations vides et – 1,3 % pour les meublés). Dans cette ville où s’éteignit Jules Verne, le loyer d’un meublé s’établit à 596 € par mois charges comprises, alors que le prix du loyer à Amiens avoisine 614 € par mois pour une location vide. Enfin, la capitale historique de la Picardie détient la palme de la plus forte hausse d’annonces de meublés. En effet, le volume d’annonces de locations meublées y enregistre 490 % de hausse sur 1 an !

Annonce Immobilière Meublées

Les données ci-dessus émanent du Baromètre des Loyers SeLoger de février.
Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo