«L’immobilier est un métier complexe, arrêtons de le dévaloriser !», Nicolas Blanchin, Dr House Immo

Nicolas Blanchin
© D.R

Nicolas Blanchin, président du réseau de mandataire Dr House Immo met en garde contre les formations « magiques » qui promettent aux conseiller immobiliers de gagner beaucoup d’argent très facilement.

Attention au chant des sirènes

Il n’y a pas un jour sans que l’on soit approché sur les réseaux sociaux par un véritable magicien. Il va nous proposer de faire de l’immobilier facilement, d’avoir des mandats à profusion, et de devenir riche et puissant. Le tour de magie s’opèrera quand il disparaitra après vous avoir vendu sa formation inutile pour une petite fortune !

Non, l’immobilier n’est pas un métier facile

L’immobilier est un métier complexe, c’est ce qui le rend passionnant. C’est pour cela que je le pratique depuis 20 ans et toujours avec la même passion. La technique, le juridique, le commercial, tout cela fait qu’on n’a rarement des journées qui se ressemblent. Nous recrutons des conseillers expérimentés pour leur permettre de gagner plus. Nous nous creusons les méninges pour leur offrir les meilleurs outils. Mais beaucoup de personnes imaginent encore que le métier est facile, qu’il suffit de faire des visites. Chez Dr House Immo nous refusons plusieurs dizaines de candidatures par mois. C’est aussi ce qui nous différencie de nos concurrents. Les réseaux doivent se responsabiliser sur le sujet, car ils risquent à long terme de se décrédibiliser.

La formation est une excellente chose

En 2014, une obligation est venue nous imposer une formation annuelle de 14H pour tous les conseillers. C’est une excellente chose. Nous avons un partenariat avec Immo Academy. On a trouvé chez les formateurs les mêmes valeurs que celles qui nous animent. Une volonté d’exceller et de toujours améliorer le service que l’on apporte à nos clients. La formation peut être pour certains une manière de revoir de bases, mais aussi de s’ouvrir à de nouvelles connaissances. Aucun professionnel de l’immobilier ne doit dire aujourd’hui : «c’est bon, je sais tout sur tout». Ce serait faux tout d’abord, mais ce serait également une erreur de jugement et de communication. Ce métier est tellement vaste ! On a l’habitude de dire que c’est une école d’humilité. Une fois que vous maitrisez la transaction dans l’ancien, vous pouvez découvrir le neuf ou le commerce. Pourquoi pas ensuite toucher au viager, à la défiscalisation… Les axes pour progresser sont multiples. Vous pouvez aussi choisir de travailler votre approche de la communication, des réseaux sociaux, si importants aujourd’hui dans notre secteur d’activité.

14h de formation par an, c’est un minimum

Croyez-moi 14H par an c’est bien un minimum, c’est pour cela que l’on met en place au sein du réseau des formations avec des coachs expérimentés. Ils vont aider les conseillers à progresser et à voir le potentiel dans chacune des facettes de notre métier. Après que l’on soit en ville ou en campagne, à la mer ou à la montagne, on a forcément une approche de l’immobilier qui diffère. C’est aussi primordial de bien comprendre qu’il n’y a pas qu’une seule façon de faire de l’immobilier. Mais quel que soit le secteur, la formation sera une façon de se rapprocher du besoin de notre client qu’il soit vendeur ou acquéreur. Son besoin à lui est simple, avoir en face de lui le meilleur interlocuteur possible pour l’accompagner dans son projet.

Renouons le lien de la confiance

L’immobilier doit remettre au centre du débat un acteur primordial : le client. Quand on sait que la plupart des tentatives de vente entre particuliers échouent, on a tout dit. Il y a un réel besoin d’accompagnement pour les vendeurs et les acquéreurs. Nous sommes là pour répondre à leurs attentes et plus encore. C’est toute la valeur ajoutée du devoir de conseil. Si je vais chez un médecin c’est parce qu’il a une vraie expertise. Je ne discute pas son ordonnance. C’est un peu notre vision idéale du métier. Un métier ou la Confiance devient un pré-requis.

Travailler en bonne intelligence

Mais la Confiance se mérite on le sait. Ce n’est pas au client de nous faire aveuglement don de cette confiance, mais c’est à nous de la mériter. Pour ce faire, quelques pistes sont à creuser, mais une des plus intéressantes est surement celle qui nous amènera à apaiser nos relations entre confrères. Nous avons mis en place au sein du réseau une charte de l’Intercabinet. Proposer à nos partenaires, agents immobilier et conseillers de tous les réseaux de travailler en bonne intelligence c’est aujourd’hui plus que jamais crucial. Arrêtons de nous opposer sur tout. Agents Immobilier contre mandataires, enseigne contre une autre enseigne, ces querelles de chapelle sont nocives pour notre image auprès des clients. Car au final ce n’est pas telle ou telle agence qui vend, mais bien le client qui vend ou qui achète. En remettant au cœur du débat le client et ses intérêts, on se rapproche du Vrai, et c’est tout ce que l’on peut souhaiter pour notre merveilleux métier.

Nicolas Blanchin est cofondateur du réseau de mandataire Dr House Immo.
Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo