Résidence principale : Trois Français sur cinq sont prêts à acheter un bien qui nécessite des travaux

© adobestock

Les Français sont-ils prêts à acheter un bien avec travaux ? Quelles sont leurs motivations ? Quelle typologie de travaux ? Quels montants de travaux les Français seraient-ils prêts à investir et comment les financer ? Le point avec une étude d’Artémis courtage et hemea réalisée par OpinionWay.

La crise sanitaire que nous traversons, et notamment les confinements successifs, ont accentué l’importance du logement dans la vie quotidienne des Français. Lieu de vie personnelle, il a souvent dû être réinventé en lieu de travail, d’études et de loisirs. Ces changements ont pu donner envie aux Français de réaménager leur intérieur, revoir leur décoration, ou même de déménager.

Artémis courtage, société indépendante de courtage en crédit immobilier et assurance emprunteur, et hemea, studio digital d’architecture et de rénovation, se sont attachées par le biais d’une étude réalisée par OpinionWay à évaluer l’impact de la crise sur l’envie des Français d’engager des travaux dans leur logement, les moyens financiers qu’ils pourraient mobiliser et leur image des travaux en général.

Cette étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 1004 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Les interviews ont été réalisées les 19 et 20 mai 2021 par questionnaire autoadministré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview).

Les Français ne sont pas réfractaires à l’idée d’entreprendre des travaux de rénovation

Devoir effectuer des travaux dans un logement qu’on vient d’acheter ne semble pas effrayer une majorité de Français, surtout s’il s’agit du logement principal. 59% seraient prêts à acheter un logement principal qui nécessiterait des travaux, et 20% seraient même prêts à réaliser de « gros » travaux.

  • Seuls 36% des personnes interrogées déclarent qu’il leur parait inenvisageable d’acheter un bien dans lequel ils n’auraient pas de travaux à faire.
  • Les jeunes âgés de 25 à 34 ans sont les plus réceptifs à l’idée de retravailler un bien qui vient d’être acheté (72% pour leur logement principal), alors que les personnes de 50 ans et plus ne sont plus que 52% à partager cette envie. Et ils sont plus enclins que les autres tranches d’âge à l’idée de réaliser des travaux, en particulier de « gros » travaux (27% des moins de 35 ans l’envisagent contre 18% chez les 35 ans et plus), et prévoient donc plus de temps pour qu’ils soient réalisés.

En revanche, cette proportion chute dès qu’il s’agit d’un logement dans lequel les Français ne résideront pas, en effet près d’un Français sur deux souhaiterait l’acheter sans avoir à y faire de travaux dans l’immédiat, que ce soit pour un logement secondaire ou pour un investissement immobilier.

Quant à l’analyse géographique, elle révèle que les résidents d’Ile-de-France accepteraient davantage d’acheter un bien à réhabiliter.

  • 62% pour un logement secondaire pour les répondants d’Ile-de-France, contre 44% pour les répondants du nord-ouest. Les prix élevés de l’immobilier en Ile-de-France peuvent expliquer cet écart, un logement nécessitant des travaux étant souvent moins onéreux qu’un logement sans travaux.

L’acquisition, perçue comme le moment idéal pour la réalisation de travaux

33% des Français considèrent le moment de l’achat de leur logement principal, comme le moment idéal pour réaliser des travaux. En effet, 45% disent qu’ils souhaiteraient faire des travaux importants dès l’achat pour leur logement principal (43% pour un investissement). En revanche, les délais sont plus souples s’il s’agit d’un logement secondaire (seuls 35% souhaiteraient envisager de « gros » travaux dès l’achat).

Une volonté de faire des travaux rapidement après l’achat

La volonté de faire des travaux en priorité dès l’acquisition de son logement est partagée par toutes les tranches d’âge. On constate toutefois que les jeunes sont plus nombreux à accepter de les faire entre 1 et 4 ans après l’acquisition du logement (26% pour les moins 35 ans, contre 12% pour les 35 ans et plus).

  • Le souhait de faire des travaux au plus vite est également partagé par les catégories socioprofessionnelles aisées, comme par les moins aisées. Seuls les inactifs sont significativement plus nombreux à n’envisager ces travaux qu’en cas de nécessité (48% contre 31% pour les catégories socioprofessionnelles aisées).

Pour réaliser ces travaux, 46% déclarent qu’il est utile d’avoir un chef de chantier plutôt que de passer en direct avec des entrepreneurs, et ils sont 74% à estimer que des malfaçons sont souvent détectées sur les chantiers de particuliers.

  • Les jeunes sont plus nombreux que la moyenne à estimer qu’il est utile d’avoir un chef de chantier (59% des moins de 35 ans sont d’accord, contre seulement 41% des 35 ans et plus).

Au total, 94% de Français voient au moins un avantage à faire des travaux chez soi.

L’efficacité énergétique, l’une des raisons principales  

87% des personnes interrogées s’accordent sur l’importance de réaliser des travaux chez soi pour diminuer sa consommation d’énergie. Les Français citent ensuite un intérêt pour augmenter la valeur de leur bien (84%), l’envie de mettre un logement à leur goût (81%) ou encore pour le sécuriser (81%).

L’envie de faire des travaux a été stimulée par le confinement

 58% des personnes interrogées déclarent que faire des travaux chez soi est un plaisir et l’envie de faire des travaux chez soi a été particulièrement stimulée par le confinement pour 47% d’entre eux.

Des travaux financés par les économies et l’appel au crédit

Pour réaliser des travaux dans leur logement lors de l’acquisition immobilière, le budget moyen envisagé est de 25 095€. La moitié des Français investirait à cette occasion une somme supérieure à 9 000€.

  • Alors qu’ils souhaitent faire des travaux plus importants et plus longs, les jeunes sont moins enclins que leurs aînés à dépenser plus de 8 000€ pour les réaliser (42% se voient dépenser plus de 8 000 € chez les moins de 35 ans, contre 50% pour les 35 ans et plus).
  • 58% des individus prêts à acheter un logement personnel qui nécessite de « gros » travaux envisagent de consacrer entre 15 000€ et plus de 50 000€.

Pour financer leurs travaux, 58% des Français envisagent d’utiliser leurs économies. Mais ils seraient nombreux également à solliciter un prêt : un prêt travaux immobilier (25%), un prêt aidé (17%), ou encore un prêt à la consommation (12%).

  • Le mode de financement utilisé dépend du coût des travaux envisagés : les travaux les moins coûteux (inférieurs à 8 000 €) sont principalement financés avec l’aide d’un proche (60%), alors que ceux supérieurs à 8 000 € nécessitent généralement l’obtention d’un prêt travaux immobilier (70%).
  • Pour les travaux de plus de 8 000 €, le prêt travaux immobilier est largement privilégié par rapport aux autres prêts (70% pour le prêt travaux immobilier contre 52% pour le prêt à la consommation et le prêt aidé).

Les Français enclins à faire appel à un courtier en prêt immobilier

Près d’un tiers des personnes interrogées (34%) pourraient faire appel à un courtier en prêt immobilier pour obtenir ce type de prêt.

  • L’appel à un courtier est davantage envisagé par des personnes qui souhaitent investir une somme assez importante, entre 8 000€ et 15 000€ de travaux au moment de leur acquisition immobilière (28%, contre 15% pour ceux qui investiraient entre 3 000€ et 7 999€).
  • Les femmes sont plus enclines à faire appel à un courtier en prêt immobilier (39% contre 28% pour les hommes), ainsi que les jeunes de 18 à 35 ans (55% contre 27% pour les 35 ans et plus) et les CSP+ (44% contre 23% pour les inactifs).

A retenir …

  • Trois Français sur cinq seraient prêts à acheter un logement principal qui nécessite des travaux.
  • 33% des Français considèrent le moment de l’achat de leur logement principal, comme le moment idéal pour réaliser des travaux.
  • Les jeunes, âgés de 25 à 34 ans, sont les plus réceptifs à l’idée de retravailler un bien qui vient d’être acheté (72% pour le logement principal).
  • 87% des Français évoquent l’efficacité énergétique comme principale raison pour réaliser des travaux.
  • Le budget moyen envisagé par les Français pour réaliser des travaux lors de l’acquisition immobilière s’établit à 25 095€.
  • L’envie de faire des travaux a été stimulée par le confinement pour 47% des Français.
  • Pour financer leurs travaux, 58% des Français envisagent d’utiliser leurs économies. Mais ils seraient nombreux également à solliciter un prêt : un prêt travaux immobilier (25%), un prêt aidé (17%), ou encore un prêt à la consommation (12%).
  • Près d’un tiers des personnes interrogées (34%) pourraient faire appel à un courtier en prêt immobilier pour obtenir leur prêt « travaux ». + la somme investie est importante, + faire appel à un courtier immobilier est envisagé.

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !