Investissement locatif : Investir en Pinel est-il toujours une bonne idée en 2021 ?

© adobestock

Alors que la fin du dispositif Pinel est programmée, est-il encore judicieux d’y avoir recours pour réaliser un investissement locatif ? La réponse de Claire Pouget, conseillère en création et gestion de patrimoine chez Groupe Quintésens.

Des taux d’intérêts historiquement peu rémunérateurs, une situation fiscale en débat sur fond de campagne présidentielle… Tous ces facteurs poussent les particuliers à se jeter sur les opérations Pinel encore disponibles aux qualités fiscales intéressantes. Car, malgré la fin du dispositif fixée pour 2024, oui, le Pinel continue d’être attractif. Claire Pouget, conseillère en création et gestion de patrimoine chez Groupe Quintésens, nous éclaire sur le sujet.

Un dispositif intéressant à partir d’un montant d’impôts de 3000 €

Le barème actuel du dispositif Pinel se poursuivra jusqu’à la fin 2022. Il deviendra dégressif à partir de 2023 jusqu’à sa disparition en 2024 sauf dans le cas d’un bâtiment et de logements à hautes performances énergétiques pour lesquels le barème actuel ne changera pas jusqu’à la disparition du dispositif Pinel.

« Pinel est un excellent levier pour les contribuables qui souhaitent créer un patrimoine immobilier. Pour rappel, ce dispositif permet de déduire une partie de l’achat d’un logement de ses impôts en contrepartie d’une mise en location pendant 6, 9 ou 12 ans. Il est intéressant pour les Français qui paient au moins 3 000 € d’impôts », affirme Claire Pouget. La preuve : même si sa suppression a été actée pour la fin 2022 pour sa forme actuelle et 2024 de manière définitive, l’annonce a provoqué un regain d’intérêt. 

« La possible hausse de la fiscalité dans les prochaines années encourage les Français à se jeter sur les « bonnes affaires ». Pinel constitue actuellement ce bon plan », analyse Claire Pouget. La restriction du dispositif Pinel aux métropoles et leurs abords ainsi qu’aux logements uniquement collectifs n’a pas freiné les particuliers. « Ce sont des projets dans des zones attractives et dynamiques. Le risque de vacances locatives est minime et maîtrisé. Le dispositif est également inscrit dans une Loi Cadre. Initier un Pinel aujourd’hui c’est s’assurer une optimisation fiscale sur les 6, 9 ou 12 années à venir alors que la pression fiscale pourrait être amenée à évoluer», ajoute Claire Pouget.

Des investissements locatifs qui suivent les mêmes tensions que le marché traditionnel

Alors qu’avant la crise les investisseurs n’apportaient que peu d’attention aux extérieurs, ils sont devenus aujourd’hui un critère de choix même dans le cadre d’un investissement locatif. « Les particuliers ont conscience de l’avantage que représente un extérieur par rapport aux autres biens concurrents sur le marché. C’est un critère qui est monté en haut de la liste même chez les investisseurs», précise Claire Pouget.

Les appartements avec terrasse ou avec rez-de-jardin sont particulièrement prisés. La performance énergétique du bien est également un sujet d’intérêt pour les investisseurs  car  les candidats locataires portent toujours plus d’attention aux performances énergétiques des appartements afin de maîtriser le coût du logement. Un DPE et un GES optimaux sont des alliés pour un investissement locatif.

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !