Immobilier Côte Atlantique : Coup de chaud sur les prix à Biarritz, La Rochelle ou Bordeaux

Biarritz
© adobestock

En vacances, la Côte Atlantique, c’est bien, mais y vivre toute l’année, c’est encore mieux. Découvrez dans ce deuxième tome de notre série de l’été les clés du marché immobilier à Biarritz, La Rochelle, La Baule ou encore Bordeaux.

A la fin de l’été, l’envie de changer de vie, d’acheter un bien sur son lieu de vacances est parfois forte. Mais la réalité révèle aussi des surprises… Combien coûte un bien dans la ville de vos vacances ? SeLoger fait le point avec une série de l’été en 4 épisodes. Après Nice, Marseille et Montpellier, voici Biarritz, La Rochelle, La Baule ou encore Bordeaux !

« En passant devant une agence immobilière pendant les vacances, la curiosité est parfois forte pour nombre de Français de regarder combien coûte un bien dans le secteur. Cette pratique qu’on pourrait qualifier de porn real estate révèle souvent des surprises. Ainsi, concernant les prix immobiliers dans les villes balnéaires de l’Atlantique, une étude SeLoger montre que les prix y ont bien souvent pris un coup de chaud. Ainsi, le prix moyen d’un bien à Biarritz est de 433 287 € – en hausse de 14% par rapport au premier semestre 2019 « , souligne Séverine Amate, porte-parole chez SeLoger.

Les prix à Biarritz progressent de 4 % entre le 1er semestre 2021 et le 1er semestre 2020 

Et si les surfeurs en herbe venus s’essayer à Biarritz avaient envie de jouer les prolongations ? Pour s’installer définitivement dans la ville située à une vingtaine de kilomètres de l’Espagne, il leur faudrait mobiliser en moyenne 433 287 €. Une enveloppe qui progresse de 4 % entre le 1er semestre 2021 et le 1er semestre 2020 et qui bondit de 14 % par rapport au début d’année 2019 ! Dans le détail, pour devenir l’heureux propriétaire d’un appartement, l’enveloppe à consacrer à son projet immobilier est de 393 362 € (+13 % sur un an) et pour acquérir une maison individuelle, il faudra mobiliser la coquette somme de 742 456 €. Sur ce type de bien les prix ont fortement progressé entre le 1er semestre 2019 – avant l’émergence de la crise sanitaire donc – et le 1er semestre 2021, puisqu’ils grimpent de 26 % ! 

Des hausses de prix qui peuvent être supportées par les acheteurs, grâce à l’optimisme qui règne sur les marchés financiers, selon Philippe Thomine Desmazures, directeur associé Barnes Côte Basque et Barnes Hossegor. La forte reprise de l’activité économique « fait monter les cours de bourse à des niveaux tout aussi record, dégageant des plus-values boursières, pouvant être réinvesties, notamment dans l’immobilier », observe-t-il. Pour le professionnel, le dynamisme du marché est tel que « le nombre de mises en vente est plutôt constant, mais la durée de commercialisation diminue fortement et amplifie cette impression de pénurie des offres ».

A La Rochelle, comptez 319 155 € pour acquérir un logement 

Les touristes ayant posé leurs valises un peu plus au Nord, à La Rochelle, devront investir en moyenne 319 155 € s’ils souhaitent y vivre toute l’année. Un budget qui gagne 6 % sur un an, entre le 1er semestre 2021 et celui de 2020 et de 18 % par rapport au début d’année 2019. Pour loger dans un appartement, les candidats à l’accession devront mobiliser 284 911 € en cette fin de premier semestre, soit 11 % de plus qu’en 2020 à la même période et 24 % de plus qu’en 2019 ! 

Pour une maison, l’enveloppe à consacrer à son projet devra être de 378 906 €, un budget en progression de 9 % par rapport à 2020 et de 19 % par rapport à 2019 ! La ville attire tellement que les demandes de mises en relation entre les particuliers et les professionnels ont explosé en ce début d’année : +33 % entre janvier 2021 et juin 2021.

Bordeaux, la ville star de la Côte Atlantique

Les Français, ayant opté cet été pour le charme de celle que l’on a longtemps appelé la Belle Endormie, devront mobiliser une somme plus modeste qu’à Biarritz pour s’installer à Bordeaux, de 341 357 € en moyenne. Un budget en hausse contenue sur un an (+1 % au 1er semestre 2021, par rapport à celui de 2020) mais qui progresse de 6 % par rapport au premier semestre 2019 ! Le ticket moyen d’un appartement oscille autour de 317 228 €, (+2 % sur un an, +9 % sur deux ans) et pour une maison, il faudra compter 481 558 € en moyenne. Un budget en hausse de 6 % par rapport au début d’année 2020.

Comme l’ont mis à jour la Fédération française du bâtiment de Gironde (FFB gironde), la Fédération des promoteurs immobiliers de Nouvelle-Aquitaine (FPI Nouvelle-Aquitaine) , l’Union nationale des aménageurs (Unam) et l’Ordre des architectes de Nouvelle-Aquitaine en publiant une étude réalisée par le cabinet Adéquation en juin dernier, la métropole girondine attire ! Si bien, que pour loger tous ceux qui aspirent à y vivre, il faudrait construire entre 7 000 et 10 000 logements chaque année et en réhabiliter 1 000 à 1 500 autres. En attendant de voir les grues s’ériger sur le territoire métropolitain, les candidats à l’accession se tournent vers le marché de l’ancien et les demandes de mises en relation bondissent : +84 % entre janvier 2021 et juin 2021. 

 « Sur le terrain, on a vraiment le sentiment que les acheteurs préfèrent passer par un agent immobilier pour trouver leur bien, car l’offre est rare, estime Neil Narbonne, gérant de la société Partenaire Investissement. Même les chasseurs d’appartement se démocratisent, puisqu’auparavant, ils se positionnaient sur une clientèle haut-de-gamme alors qu’aujourd’hui, ils travaillent avec des ménages dotés d’un budget de 300 000 €. En ce moment, Eysine, et notamment le quartier Le Vigean, tire son épingle du jeu. Situé dans la banlieue bordelaise, le quartier attire les acheteurs parce qu’il est situé à 8 minutes du centre-ville en tramway et qu’il se compose de nombreuses maisons traditionnelles, avec des façades en pierre. Les ménages apprécient particulièrement ces biens rénovés mais dotés du charme de l’ancien. Tout récemment, j’ai vendu dans ce quartier une maison de 160 m² avec 60 m² de jardin et un garage pour 790 000 €. Il y a cinq ans, elle aurait trouvé preneur pour 300 000 € environ ».

La Baule attire de plus en plus d’acheteurs

Ceux qui se sont laissés séduire par la Côte d’Amour et notamment par La Baule-Escoublac devront disposer d’une enveloppe moyenne de 348 077 € pour y passer l’année. Un budget stable sur un an, mais qui a fortement augmenté depuis la crise sanitaire, puisqu’entre le 1er semestre 2021 et celui de 2019, le budget moyen a progressé de 14 % ! Les appartements trouvent leurs nouveaux propriétaires pour 315 394 € (+3 % sur un an, mais +21 % par rapport au 1er semestre 2019 !) et le prix moyen d’une villa varie autour de 456 976 €, une coquette somme qui a augmenté de 11 % par rapport à la première moitié de l’année 2019 !

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !