Immobilier Bassin méditerranéen : Acheter à Nice coûte 40k€ de plus qu’à Marseille

Nice
© adobestock

A la fin de l’été, l’envie de changer de vie, d’acheter un bien sur son lieu de vacances est parfois forte. Mais la réalité révèle aussi des surprises… Combien coûte un bien dans la ville de vos vacances ? SeLoger fait le point avec une série de l’été en 4 épisodes. Premier tome : Nice, Marseille et Montpellier.

Qui n’a jamais rêvé de poser ses valises sur son lieu de vacances pour y vivre toute l’année ? Alors que 61 % des Français comptent partir en vacances cet été et que 83 % d’entre eux en profiteront pour redécouvrir les charmes de l’Hexagone, SeLoger lance une série de l’été en 4 épisodes pour les accompagner et leur donner les clés de compréhension du marché immobilier de leurs vacances. Premier tome : les villes balnéaires méditerranéennes. Cap sur Nice, Marseille et Montpellier.

« L’étude SeLoger fait le point sur cette question qui titille nombre de Français en vacances dans les zones balnéaires de l’Hexagone : combien coûte un bien dans la ville de mes vacances ? La curiosité est forte et se projeter sur ce type de projet révèle parfois des surprises. Ainsi pour acquérir un appartement à Nice, les vacanciers devront disposer de 284k€, soit 40k€ de plus en moyenne qu’à Marseille, deuxième ville de France « , souligne Séverine Amate, porte-parole chez SeLoger.

À Nice, un marché très actif où la demande dépasse l’offre

Le pourtour méditerranéen, et en particulier la région Paca, seront fortement plébiscités par les vacanciers selon ADN Tourisme, la Fédération Nationale des Organismes Institutionnels de Tourisme. Ceux qui profitent du soleil de Nice devront disposer, en moyenne, de 284 298 € pour réaliser leur rêve en concrétisant l’achat d’un bien sur la ville phare des Alpes Maritimes, selon les données de SeLoger. Un budget en hausse de 2 % entre le premier semestre 2021 et celui de 2020 et de 8 % par rapport au premier semestre 2019, avant la crise sanitaire. La ville à forte hauteur en appartements de bord de mer attire particulièrement les acheteurs puisque les mises en relation entre les candidats à l’accession et les agents immobiliers ont grimpé de 27 % entre janvier 2021 et juin 2021 sur le portail d’annonces SeLoger.

Dans le détail, pour acquérir un appartement à Nice, les vacanciers devront disposer de 281 285 €. Un montant en hausse de 3 % entre le premier semestre 2021 et le premier semestre 2020 et de 9 % par rapport au premier semestre 2019. S’ils ont des rêves de villas, l’enveloppe à consacrer à leur achat immobilier devra grimper en moyenne à 460 183 €, un tarif qui marque légèrement le pas (-3 %) sur un an, entre le premier semestre 2021 et celui de 2020.

« Le marché est très actif, nous enregistrons plus de demandes que d’offres » assure Julien Baldoni, responsable d’agence du groupe Grand Bleu Immobilier, qui compte 4 agences à Nice. « L’offre limitée nourrit les prix de l’immobilier et les acheteurs se positionnent rapidement. Un appartement de trois pièces à Cimiez, dans les hauteurs de Nice, situé à l’avant dernier étage d’une résidence de standing, rénové avec goût il y a trois ans, doté d’un stationnement et d’une vue mer, a trouvé son nouveau propriétaire en une journée, pour 530 000 €, sans négociation. »

À Marseille, un extérieur pour profiter du soleil

Si l’immobilier est plus accessible près de la Côte Bleue et des Calanques, le prix au m² à Marseille augmente plus fortement. En moyenne, les vacanciers, qui souhaitent vivre sous le regard de la Bonne Mère, devront disposer d’un budget de 242 128 € selon les données SeLoger. Un budget en hausse de 9 % entre le premier semestre 2021 et le premier semestre 2020 et de 14 % par rapport au premier semestre 2019. 

Les appartements sont certes plus accessibles, il faudra consacrer en moyenne 230 869 € à son projet de vie, mais ces biens connaissent les hausses de prix les plus importantes : + 11 % entre le début d’année 2021 et celui de 2020 et + 18 % par rapport à la première moitié de l’année 2019 ! Pour une maison, il faudra débourser 365 520 € en moyenne. Cette enveloppe budgétaire se maintient sur un an (+ 2 % entre le premier semestre 2021 et celui de 2020). Mais elle a connu une forte hausse après la crise sanitaire, puisque les tarifs ont grimpé de 6 % par rapport au premier semestre 2019. 

« Le marché est porté par tous les biens disposant d’un extérieur, car la crise sanitaire a eu le mérite de remettre la qualité du logement au cœur des aspirations des Français, estime Laurent Alphonse, directeur et fondateur de l’agence A+ Immobilier, à Marseille. La Cité phocéenne accueille de nouveaux arrivants, des Parisiens, des Lyonnais… au budget confortable. Souvent, il s’agit d’anciens Marseillais qui reviennent dans leur région d’origine. Mais le marché est également nourri par les Marseillais, qui déménagent pour gagner en confort de vie. À l’exemple de ce couple, détenteur d’un appartement en centre-ville qui a acquis tout récemment une maison de ville de 100 m², doté d’une belle terrasse, à proximité de la mer pour un peu plus de 800 000 €. »

À Montpellier, une villa avec piscine

Ceux qui préfèrent les charmes de Montpellier et de ses ruelles médiévales devront disposer de 259 790 € en moyenne pour vivre dans cette ville située à 10 km à peine de la mer Méditerranée. Une enveloppe qui ne cesse de grimper avec le temps : + 8 % entre le premier semestre 2021 et le début d’année 2020, et + 10 % par rapport au premier semestre 2019. L’embellie se traduit également dans les mises en relation entre les acheteurs et les agents immobiliers qui ont bondi de 55 % entre janvier et juin 2021.

Les appartements trouvent leur nouveau propriétaire pour 246 189 € en moyenne, un prix en hausse de 10 % sur un an au premier semestre 2021 et de 18 % par rapport à la même période, mais en 2019. Pour devenir l’heureux propriétaire d’une maison, il faudra mobiliser 391 475 € en moyenne. Une enveloppe en hausse de 2 % entre le premier semestre 2021 et celui de 2020 et qui se stabilise par rapport à 2019. 

« Les acquéreurs sont nombreux, beaucoup viennent d’Ile-de-France. Ils recherchent principalement une maison avec piscine » constate Rémi Niedzielski, manager de la région Est Occitanie du groupe Homki Immobilier. « Ce type de bien a d’ailleurs une durée de vie de moins d’une semaine sur le marché, avec très peu de négociation. Très récemment, un couple a revendu sa maison de 160 m² sur 1 000 m² de jardin acquise à l’été 2020 en 24 heures pour 535 000 €. Avec la plus-value réalisée en un an,  ils ont remboursé les frais de notaire, ce qui n’arrive pas en temps normal. » 

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !