Pourquoi les néo-assurances vie séduisent de plus en plus les Français

Neo Assurance-vie
© adobestock

Les néo-assurances vie cherchent à exploiter les faiblesses des contrats d’assurance-vie traditionnels. Le comparateur Nextbanq présente leurs atouts.

Les Français vivent une relation pour le moins complexe avec l’assurance vie

D’un côté, il s’agit de leur placement préféré, avec plus de 2 000 milliards d’euros d’encours, alors qu’à titre de comparaison, l’encours du Livret A n’est “que” de 350 milliards. De l’autre, l’assurance vie est également perçue (à juste titre) comme un produit complexe et gorgé de frais.

Partant de ce constat, une nouvelle génération de contrats est arrivée avec l’ambition de redéfinir le rapport des Français à l’assurance vie. Grâce aux conseils du comparateur Nextbanq, faites connaissance ici avec les atouts des néo-assurances vie pour votre épargne.

Malgré l’essor de l’assurance vie en ligne dans les années 2010, notamment grâce aux banques en ligne,  la majorité des nouvelles ouvertures d’assurance vie se fait encore aujourd’hui au sein des agences bancaires. Pourtant, les contrats des réseaux bancaires, dits traditionnels, sont réputés pour être rarement compétitifs… 

De bonne guerre, les néo-assurances vie cherchent donc à exploiter leurs faiblesses pour tirer leur épingle du jeu.

Voici leurs principales promesses.

Plus de simplicité grâce à la gestion pilotée

Nalo, Yomoni, MonPetitPlacement, Cashbee ou encore Ritchee, 100% des néo-assurances vie ont fait le choix de la gestion pilotée. Avec la gestion pilotée, l’objectif est de faciliter au maximum la tâche des épargnants en leur permettant de confier leurs économies à des professionnels des marchés financiers.

Il faut dire que dans un environnement où l’épargne sans risque (comme le Livret A) ne rapporte plus grand-chose, l’investissement, en l’occurrence sur les marchés financiers, est le seul moyen d’obtenir plus de rendement, même si la contrepartie est logiquement d’injecter une dose de risque.

Ainsi, le principe de la gestion pilotée consiste à laisser l’épargnant choisir en un clic le mandat le mieux adapté à sa stratégie d’investissement (par exemple prudent, modéré ou offensif), celui-ci n’ayant plus qu’à se laisser porter ensuite par les performances.

Autrement dit, par rapport à une gestion libre qui consiste à sélectionner ses propres supports (ce qui n’est pas donné à tout le monde !), la gestion pilotée permet de démocratiser l’accès aux marchés financiers.

Moins de frais et de plus de gains grâce aux ETF

Traditionnellement, l’investissement sur les marchés financiers à travers les assurances vie se fait par l’intermédiaire de fonds d’investissement. Ce sont des sociétés de gestion dont la mission est de sélectionner des supports financiers dans un périmètre précis.  Par exemple, un fonds d’investissement spécialisé sur le CAC 40 choisira des actions sur le CAC 40, et aura ainsi pour objectif de battre les performances du CAC 40.

Mais ce travail a un coût, souvent important, représenté sous la forme de frais annuels de gestion.

Malheureusement, à cause de ces frais, les fonds d’investissement n’arrivent que trop rarement à battre leur indice de référence, de l’ordre d’une fois sur 10.

Dans ces conditions, pourquoi ne pas plutôt faire confiance à un robot reproduisant automatiquement et à moindres frais les performances d’un indice comme le CAC 40 ?

C’est le positionnement des ETF, pour Exchange Traded Funds. Ainsi, avec des frais de gestion jusqu’à 10 fois plus bas que les fonds traditionnels, les ETF permettent de faire de sacrées économies, surtout avec un horizon d’investissement de long terme. En d’autres termes, ces frais réduits sont autant de performances supplémentaires pour les épargnants !

D’ailleurs, ceux-ci  ne s’y trompent pas si on se fie à l’engouement qui ne faiblit pas autour de ces produits créés dans les années 2000.

Une opportunité en or pour se démarquer et exploitée par certaines néo-assurances vie, comme Yomoni, Nalo ou encore WeSave.

Des placements plus respectueux de la planète

Un autre axe de développement des néo-assurances vie est d’œuvrer pour un investissement plus responsable.

C’est même le message principal de contrats comme Ethic Vie, ActiveSeed ou GoodVest, sachant que d’autres Fintech comme Yomoni ou Nalo ne restent pas les bras croisés en proposant également des portefeuilles responsables dans leurs profils de gestion pilotée.

Il s’agit donc d’une tendance de fond des néo-assurances vie. Mais concrètement, comment font-elles pour tenir parole ?

Pour cela, elles se basent sur des labels spécialisés, à savoir principalement les labels ISR (Investissement Socialement Responsable), GreenFin et Financesol.

En effet, si une entreprise remplit certains critères, par exemple sur l’empreinte carbone, la bonne gouvernance ou sur l’impact social des activités, ses actions cotées en bourse peuvent recevoir un de ces labels, en récompense de leurs bonnes pratiques.

La promesse des néo-assurances vie est donc de ne sélectionner que des fonds d’investissement (ou des ETF) ne travaillant qu’avec des titres d’entreprises bénéficiant de ces labels.

Le mot de la fin

Plus simples grâce à la gestion pilotée, moins chères grâce aux ETF et socialement plus responsables, voici les principales promesses des néo-assurances vie pour partir à la conquête des Français.

Bien entendu, chaque contrat possède aussi ses spécificités et comme pour la souscription de tout produit financier, la comparaison est le seul moyen de mettre toutes les chances de son côté pour faire le bon choix.

En l’occurrence, la comparaison des rendements des gestions pilotées apparaît comme un excellent point de départ. En effet, l’objectif principal étant de gagner de l’argent, s’intéresser aux performances passées est un très bon moyen pour savoir où l’on met les pieds.

Toutefois, la règle d’or en la matière reste plus que jamais d’actualité. Celle-ci stipule en effet que les performances passées ne préjugent jamais des performances futures. Parce que nul ne peut prévoir l’avenir, il est donc important garder à l’esprit que les marchés peuvent se retourner à tout moment, d’autant plus si l’épargnant est dans une stratégie d’investissement agressive.

Les néo-assurances vie vont-elles s’imposer ?

Pour cela, le principal défi auquel elles sont confrontées se joue certainement sur le terrain de la communication, puisqu’en partant de zéro, elles doivent faire face à un retard quasi insurmontable par rapport aux forces de frappe des réseaux d’agences.

Néanmoins, quelle que soit l’issue de ce combat, on peut déjà imaginer qu’à la manière des néobanques dans le secteur bancaire, elles aient déjà un impact positif.

En effet, en mettant à l’honneur la gestion pilotée, les ETF et l’investissement responsable, elles poussent de nombreux contrats, parfois anciens, à faire des efforts dans ce sens. Que du bon pour l’épargnant !

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !